E-cigarette / tabac : rien à voir !

Le Blog de LYC s’intéresse dans les paragraphes suivants à un article de presse néo-zélandaise relatant les dégâts malheureusement toujours actuels de l’amalgame entre tabac et cigarette électronique.

Scoop.co.nz reprend ainsi un communiqué de presse de la Vaping Trade Association of New Zealand, en d’autres termes l’association des professionnels du secteur.

Voici la traduction :


Interdiction de vapotage à [« ]Palmy »] pour cause de « désagrément » – C’est scandaleux !


Palmerston North en Nouvelle-Zélande [ndlr : illustration ajoutée]



Samedi 13 juin 2020, 11h29
Communiqué de presse : Vaping Trade Association of New Zealand

« Le projet de politique antitabac et antivape Auahi Kore 2020 de Palmerston North ne soutient pas l’ambition antitabac du pays. En fait, confondre vapotage et tabagisme ne fait qu’entraver les progrès nationaux en matière d’interdiction de fumer en 2025 », déclare Jonathan Devery, porte-parole de la Vaping Trade Association of New Zealand (VTANZ).

Le représentant des entreprises indépendantes de vape Kiwi déclare que le conseil doit être félicité pour avoir mis en place une politique de lutte contre le tabagisme dans les espaces extérieurs, qui est maintenant soumise à la consultation publique.

Cependant, dit-il, inclure le vapotage dans l’interdiction proposée est malavisé et ne fait que stigmatiser l’outil de sevrage tabagique le plus efficace de Nouvelle-Zélande, que même le Ministère de la Santé et les conseils régionaux de santé promeuvent auprès des fumeurs désireux d’arrêter.

« Nous sommes tombés à un taux de tabagisme global de 12,5% et cela est dû en partie à l’arrivée de la vape qui est considérablement plus sûre et nettement moins chère. »

« En traitant le tabagisme et le vapotage de la même manière, le conseil municipal de Palmerston North n’est pas très intelligent. Cela revient simplement à bannir le meilleur outil pour éliminer les dangers du tabac dans la communauté », déclare M. Devery.

Le conseil municipal de Palmerston North City affirme qu’il y a des inquiétudes au sujet du vapotage qui « proviennent de l’effet qu’elle a sur les jeunes et du taux d’utilisation de la vape ». La réalité, cependant, est qu’il n’y a pas de problème significatif de vaporage chez les jeunes néo-zélandais. Il n’y a certainement pas d’épidémie, ni de porte d’entrée pour le tabagisme. Les experts et les enquêtes le prouvent à maintes reprises ».

Plus tôt cette année, l’ASH a publié son enquête annuelle sur la dixième année d’études de plus de 27.000 étudiants néo-zélandais âgés de 14 et 15 ans. En analysant les données, les chercheurs de l’Université d’Auckland ont conclu qu’il n’y a pas d’épidémie de vape chez les jeunes, le taux de vapotage chez les jeunes restant très faible.

Le conseil dit que le public croit qu’il y a un « désagrément à être exposé à la vapeur en public ». Ce n’est rien d’autre que du snobisme ! Certaines personnes ont également un désagrément à l’égard des tatouages – vont-ils être interdits dans les lieux publics ensuite ?

« Contrairement au tabagisme, le vapotage n’a aucun effet secondaire sur les autres et, là encore, la science continue de le prouver. De plus, n’oublions pas que nous parlons de vastes espaces extérieurs – parcs, réserves, allées, centre ville et autres. Vous pourriez le voir, mais c’est très rarement, voire jamais, dans votre espace personnel », dit-il.

Le rapport du conseil sur la politique indique que « dans une enquête menée en novembre 2019 intitulée ‘Attitudes à l’égard du tabagisme et de la vape dans les espaces extérieurs de Palmerston North’, la plupart des personnes interrogées n’étaient pas d’accord avec la logique selon laquelle le vapotage est différent du tabagisme et devrait donc être traité différemment ».

« Tout cela montre que de nombreux habitants de la région croient encore que la vape est aussi néfaste que le tabac. Cependant, il existe des piles de recherches internationales qui prouvent que le vapotage est 95% moins nocif. »

Il est intéressant de noter que le rapport du Conseil indique qu' »environ 5 000 personnes meurent chaque année en Nouvelle-Zélande à cause du tabagisme ou de l’exposition à la fumée secondaire [ndlr : tabagisme passif] », mais il ne souligne pas qu’aucun décès dû à la vape n’a été signalé en Nouvelle-Zélande. Pourtant, en l’associant au tabagisme, le Conseil en déduit qu’il présente un danger similaire ou un danger quelconque, qui n’a aucun fondement scientifique.

« Hamilton, et non Palmerston North, est en fait la seule ville qui fait preuve d’un leadership progressiste en matière de vapotage lorsqu’il s’agit d’aider la Nouvelle-Zélande à devenir un pays sans fumée. L’année dernière, le conseil municipal d’Hamilton a voté pour que la vape reste en dehors de la politique antitabac de sa ville. Contrairement à Palmerston North, ils comprennent le rôle essentiel que joue le vapotage pour faire de leur ville un lieu sans fumée. »

« Si le conseil municipal de Palmerston North veut que les fumeurs locaux cessent de fumer, il doit en fait permettre la vape, et non le diaboliser. Les partisans de l’interdiction de fumer vous diront que le vapotage est un ami et non un ennemi », déclare M. Devery.

Selon VTANZ, les politiciens et le personnel du conseil municipal ont maintenant leur mot à dire. Il est maintenant temps que les experts de la santé et les défenseurs de la vape se fassent entendre. La consultation publique sur cette politique devrait se dérouler du samedi 4 juillet au vendredi 31 juillet.

L’association appelle également les députés qui soutiennent « Smokefree 2025 » à permettre un accès plus large aux arômes de vapotage et à autoriser une publicité fortement réglementée, le projet de loi visant à réglementer la vape étant actuellement en cours d’examen au Parlement.

source : Scoop.co.nz

Effet passerelle vape/tabac, « la grande illusion » ? (mais sans Jean Gabin)

Le Blog de LYC se penche aujourd’hui sur une récente étude française visant à évaluer le prétendu « effet passerelle » impliquant un potentiel passage de la cigarette électronique vers le tabagisme. Elle a été menée par Sandra Chyderiotis, Tarik Benmarhnia, François Beck, Stanislas Spilka and Stéphane Legleye. Les institutions impliquées sont :

  • Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay, faculté de médecine, faculté de médecine UVSQ, Inserm
  • Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)
  • Département de médecine familiale et de santé publique, Université de Californie,
  • Institution Scripps d’océanographie, Université de Californie
  • Institut national de la statistique et des études économiques

L’étude étant publiée en anglais (source : ScienceDirect.com), en voici la traduction, en commençant dans un premier temps par le résumé.


L’expérimentation de la e-cigarette augmente-t-elle le passage au tabagisme quotidien chez les jeunes fumeurs en France ?


Faits marquants

  • Le tabagisme quotidien est encore très populaire chez les adolescents français de 17 ans.
  • La cigarette électronique est largement expérimentée chez les adolescents français de 17 ans.
  • Parmi les fumeurs réguliers, ceux qui ont déjà utilisé des e-cigarettes ont moins de chances de devenir des fumeurs quotidiens à 17 ans.
  • Les mêmes conclusions ont été tirées, que les e-cigarettes aient été essayées avant ou après avoir fumé.

Résumé

Introduction

Selon de nombreuses études, l’utilisation de la cigarette électronique chez les adolescents est associée à une initiation ultérieure au tabac. Cependant, on sait peu de choses sur son effet sur le passage de l’initiation au tabagisme à la consommation quotidienne.

Méthodes

À l’aide des données rétrospectives d’une enquête nationale représentative française recueillie en 2017 (n = 39 115), nous avons analysé le rôle de l’utilisation des e-cigarettes sur le statut de fumeur quotidien à 17 ans parmi les personnes ayant déjà fumé (n = 21 401). Les rapports de risque (RR) ont été calculés par des régressions de Poisson modifiées avec une approche de pondération de la probabilité inverse du traitement (IPTW).

Résultats

Parmi les adolescents français de 17 ans, 16,8 % ont déclaré utiliser actuellement des cigarettes électroniques (1,9 % ont déclaré en utiliser quotidiennement) et 34,1 % fumer des cigarettes (25,1 % ont déclaré en fumer quotidiennement). Parmi les adolescents ayant déjà fumé, ceux qui ont déclaré avoir déjà utilisé des e-cigarettes étaient moins enclins que ceux qui n’ont pas fait la transition vers le tabagisme quotidien à 17 ans : RR = 0,62 95 % IC [0,60 – 0,64] [ndlr : IC = Intervalle de confiance]. Nous avons obtenu des résultats similaires pour ceux qui ont essayé les e-cigarettes avant de commencer à fumer, RR = 0,76 95 % IC [0,66 – 0,89].

Conclusions

Nos résultats n’ont trouvé aucune preuve d’un risque accru de transition vers le tabagisme quotidien à 17 ans chez les fumeurs ayant déjà fumé et ayant également expérimenté les e-cigarettes. D’autres études devraient examiner le rôle à long terme du vapotage sur les futures habitudes tabagiques à l’aide de méthodes d’inférence causale.


Suite à ce résumé, le Blog de LYC intègre maintenant l’étude en elle-même, avec son contenu plus dense et technique.


1. Introduction

Le tabagisme reste une menace majeure pour la santé publique dans le monde entier (U.S. Department of Health and Human Services, 2010). Parmi les stratégies utilisées pour réduire la prévalence du tabagisme, les programmes ciblant les adolescents sont essentiels, car l’initiation au tabac a généralement lieu pendant l’adolescence et une initiation précoce est associée à une consommation quotidienne plus tardive et à une dépendance à la nicotine (Sharapova et al., 2018).

L’arrivée des cigarettes électroniques, ou e-cigarettes, a bouleversé le domaine de la lutte contre le tabagisme. La vape est considérée comme beaucoup plus sûre que le tabagisme classique (Newton et al., 2018), bien qu’elle puisse avoir des effets divers sur la santé, y compris chez les adolescents (U.S. Department of Health and Human Services, 2016) [ndlr: 95 % moins risquée]. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour quantifier le niveau de risque associé à leur utilisation (Glantz et Bareham, 2018 ; Organisation mondiale de la santé, 2019).

Les cigarettes électroniques sont de plus en plus populaires parmi les adolescents. Aux États-Unis, la vaporisation est même devenue plus courante que le tabagisme et la consommation de tout autre produit du tabac. En 2018, la consommation actuelle de e-cigarettes était de 20,8 % chez les lycéens américains (Gentzke et al., 2019). En France, ce chiffre était de 10,0 % chez les lycéens en 2015, mais il est passé à 16,0 % en 2018 (Spilka et al., 2019).

Les chercheurs et les décideurs craignent que l’utilisation de la cigarette électronique ne représente une porte d’entrée vers le tabagisme et ne compromette ainsi les efforts publics visant à le réduire. Plusieurs hypothèses ont été proposées pour expliquer la relation causale potentielle entre l’expérimentation de la cigarette électronique et le tabagisme, notamment la dépendance à la nicotine, le fait que les cigarettes pourraient être plus accessibles aux utilisateurs de cigarettes électroniques et les similitudes d’utilisation entre les deux produits (Schneider et Diehl, 2016). Une autre hypothèse, la responsabilité commune à l’égard de la consommation de drogues, considère que certaines personnes présentant des caractéristiques non observées pourraient être prédisposées à expérimenter différents produits (Vanyukov et Ridenour, 2012).

Ces dernières années, un nombre croissant de publications ont étudié la relation entre l’utilisation de la cigarette électronique et l’expérimentation du tabac. Grâce à des études de cohorte d’adolescents aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, il a été démontré que l’initiation au tabac est fortement corrélée avec l’utilisation antérieure de la cigarette électronique (East et al., 2018 ; Hammond et al., 2017 ; Soneji et al., 2017). Inversement, l’expérimentation de la cigarette électronique (ou l’initiation à la cigarette électronique) est en corrélation avec le fait d’avoir déjà fumé (East et al., 2018). Bien qu’elles aient pris en compte la temporalité, les méthodes utilisées dans ces études ne permettent pas de conclure à une relation causale entre les deux comportements, car les résultats pourraient simplement illustrer la responsabilité commune à l’égard de la consommation de drogues (Lynn T. Kozlowski et Warner, 2017).

Peu d’études de cohorte ont examiné le lien entre la consommation de cigarettes électroniques et la transition ultérieure vers le tabagisme régulier chez les adolescents. Elles ont appliqué des définitions disparates de la transition vers le tabagisme régulier, n’ont pas examiné le tabagisme quotidien et sont parvenues à des résultats peu concluants. Par exemple, Conner et al. n’ont pas détecté d’association entre l’utilisation de la e-cigarette et les habitudes tabagiques ultérieures (définies comme le fait de fumer des cigarettes rarement, occasionnellement ou fréquemment) chez des fumeurs occasionnels d’Angleterre âgés de 13-14 ans au départ (OR [ndlr : Odds Ratio, rapport des chances] : 1,89, 95 % IC 0,82-4,33, N = 318) (Conner et al., 2018). Chaffee et al. (Chaffee et al., 2018) ont constaté que chez les Américains ayant déjà fumé (12-17 ans, N = 1295), l’expérimentation de la e-cigarette était positivement associée à une progression vers une habitude établie de fumer la cigarette, définie comme ayant fumé ≥ 100 cigarettes et ayant fumé au cours des 30 derniers jours (OR : 1,80 ; 95 % IC : 1,04-3,12) . Ces études présentent un certain nombre de limites, notamment des échantillons plutôt petits, un suivi à seulement un an après la base de référence et l’utilisation de méthodes qui ne permettent pas de conclure à une relation de cause à effet entre l’utilisation de la cigarette électronique et les habitudes tabagiques plus tard dans la vie.

Plusieurs méthodes d’inférence causale peuvent être appliquées aux études d’observation pour estimer les relations causales. Par exemple, l’IPTW (Inverse Probability of Treatment Weighting) utilise un score de propension pour vérifier et atteindre l’équilibre des covariables entre les répondants exposés et non exposés (Austin, 2011 ; Austin et Stuart, 2015 ; Hernan, 2006 ; Imbens et Rubin, 2015). Timberlake et al. ont utilisé une approche d’appariement des scores de propension sur les données de la National Longitudinal Study of Adolescent Health pour évaluer si le tabac sans fumée était une passerelle vers le tabagisme (Timberlake et al., 2009). Ils ont constaté que l’association observée entre le tabac sans fumée et le tabagisme n’était pas due à un effet du tabac sans fumée mais uniquement à des différences de base entre les utilisateurs et les non-utilisateurs de tabac sans fumée.

En France, le tabagisme quotidien est encore très répandu. En 2017, 25,1 % des adolescents de 17 ans ont déclaré avoir fumé au moins une cigarette par jour au cours du mois précédent (Spilka et al., 2018). L’examen de la transition entre l’initiation au tabac et le tabagisme quotidien fournirait des informations utiles sur le rôle de l’utilisation de la e-cigarette sur les trajectoires du tabagisme à cette période critique. L’hypothèse de l’effet de passerelle suggère que l’expérimentation des e-cigarettes pourrait provoquer l’initiation au tabagisme et, potentiellement, la transition ultérieure vers le tabagisme quotidien. L’expérimentation des e-cigarettes après l’initiation au tabac pourrait également renforcer la consommation de tabac et conduire à un tabagisme quotidien.

Objectif : Avec une approche IPTW et des données de cohorte rétrospectives, nous analysons si l’utilisation de la e-cigarette a eu un impact sur le passage à la consommation quotidienne de tabac chez les Français de 17 ans ayant déjà fumé, en utilisant une grande enquête nationale représentative. Dans des analyses complémentaires, nous étudions si cet impact diffère avec la séquence du produit expérimenté en premier lieu.

2. Méthodes

2.1. Source des données

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies et la Direction de la fonction publique nationale et de la jeunesse mènent tous les trois ans l’enquête ESCAPAD (enquête sur la santé et la toxicomanie) pour fournir des estimations nationales représentatives de la prévalence de la consommation de drogues chez les adolescents français (Beck et al., 2006). Tous les citoyens français sont tenus d’assister à une journée obligatoire d’information civique et militaire appelée Journée de la défense nationale et de la citoyenneté (JDC) peu après avoir atteint l’âge de 17 ans. Comme l’attestation de participation à la JDC est obligatoire pour tous les examens publics, y compris le permis de conduire, seule une petite proportion de jeunes (≈ 4,1 %) reportent leur participation. La collecte de données ESCAPAD a lieu pendant deux semaines en mars dans tous les centres JDC du territoire français. Tous les adolescents présents sont invités à remplir un questionnaire auto-administré, structuré selon les recommandations de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies sur les modes de consommation de substances (Bless et al., 1997). La participation à l’enquête est confidentielle et anonyme et les participants peuvent refuser de participer, comme cela leur a été explicitement indiqué. L’enquête a obtenu le label d’intérêt général Statistiques publiques du Conseil national de l’information statistique (CNIS).

Les données proviennent d’ESCAPAD 2017 en France métropolitaine. 43 892 adolescents ont participé à la JDC, 42 751 ont rempli le questionnaire, et 41 908 ont rempli un questionnaire valide (16-24 ans). Parmi les questionnaires valides, 6,7 % ont été remplis par des répondants hors âge et donc retirés. L’échantillon final comprenait 39 115 adolescents français d’un âge moyen de 17,4 ans (min : 17 ; max : 18,5). Les données sont calibrées pour garantir une représentativité basée sur le sexe et l’âge pour chacun des 95 départements (niveau des divisions administratives du territoire en France).

2.2. Population de l’étude

L’échantillon comprenait 23 095 répondants qui ont déclaré avoir déjà essayé de fumer. L’initiation au tabagisme a été définie par le biais de la question : « Au cours de votre vie, avez-vous déjà fumé des cigarettes, des cigares ou des cigarillos » (jamais/oui). Les personnes ont été classées comme manquantes si elles n’ont pas indiqué leur consommation de cigarettes au cours des 30 derniers jours, si elles ont déjà utilisé une e-cigarette, leur âge au moment de l’initiation à la e-cigarette ou leur âge au moment de la transition vers le tabagisme quotidien. Ces variables étaient nécessaires pour les définitions de l’exposition et des résultats. En conséquence, l’échantillon de l’étude analytique comprenait 21 401 personnes ayant déjà fumé.

2.3. Variable de résultat

La variable de résultat était la déclaration du nombre de cigarettes fumées quotidiennement au cours des 30 derniers jours. Les personnes ayant déclaré fumer une ou plusieurs cigarettes par jour étaient considérées comme des fumeurs quotidiens à 17 ans.

2.4. Variable d’exposition

La variable d’exposition a été définie comme « utilisation de la cigarette électronique à un âge similaire ou inférieur à celui du début du tabagisme quotidien » (exposition = 1,) par rapport à aucune utilisation de la cigarette électronique (exposition = 0), résultant de la combinaison de trois mesures distinctes : « jamais utilisé d’e-cigarettes », « âge de la première utilisation d’e-cigarettes » et « âge de transition vers le tabagisme quotidien (tabac) » (le cas échéant). L’usage de la cigarette électronique a été défini par la question : « Au cours de votre vie, avez-vous déjà utilisé une cigarette électronique » (jamais/oui). Afin de s’assurer que l’exposition se produisait avant le résultat, l’âge de la première utilisation de la e-cigarette (« Quel âge avez-vous eu la première fois que vous avez utilisé une cigarette électronique ») et l’âge de transition vers le tabagisme quotidien (« Si vous fumez quotidiennement, à quel âge avez-vous commencé à fumer tous les jours ? ») ont été utilisés pour classer les répondants qui avaient déjà essayé la e-cigarette et qui déclaraient une habitude de fumer quotidiennement à 17 ans (n = 7054). Les répondants qui ont essayé la e-cigarette avant, ou au même âge que le tabagisme quotidien, ont été considérés comme exposés (n = 4184), tandis que ceux qui ont essayé la e-cigarette après leur passage au tabagisme quotidien ont été considérés comme non exposés (n = 2870) (Fig. 1). En conséquence, l’échantillon de l’étude comprenait 13 055 personnes exposées et 8 346 personnes non exposées.

Fig. 1. Classification de l’exposition.

2.5. Covariétés

Les variables sociodémographiques suivantes ont été prises en compte : âge (continu), sexe, statut professionnel des parents (catégorie professionnelle la plus élevée de l’un ou l’autre parent, recodée en 5 catégories ordonnées : faible ; défavorisé ; moyen ; favorisé ; élevé) ; structure familiale (membres du ménage, recodés en 3 catégories : famille nucléaire ; famille recomposée ; famille monoparentale/autres) et score sur l’échelle de richesse familiale (FAS) (Currie et al., 2008). Le score FAS a été construit en trois catégories (faible, modéré, élevé) à partir de quatre questions : nombre de voitures appartenant à la famille ; si la chambre du répondant est partagée avec un autre membre du ménage ; nombre de vacances/voyages familiaux au cours de l’année écoulée ; nombre d’ordinateurs ou de tablettes numériques appartenant à la famille.

L’âge au moment de l’initiation au tabac (« Quel âge aviez-vous la première fois que vous avez fumé une cigarette » ?) a été inclus car il s’agit d’un facteur prédictif important du tabagisme quotidien futur (Sharapova et al., 2018 ; Walker et Loprinzi, 2014).

Les variables relatives aux performances scolaires déclaraient un redoublement (non ; oui), des difficultés à lire en français et des difficultés à écrire en français (non ; oui, parfois ; oui, souvent ; recodé en « non » ou « oui »).

Les variables relatives à la consommation de substances (licites ou illicites) ont été utilisées pour estimer et contrôler l’effet d’un risque commun de dépendance (Mayet et al., 2016). Les expérimentations sur le narguilé, l’alcool, l’ivresse et le cannabis ont été incluses dans les questions « Au cours de votre vie, avez-vous déjà : fumé du tabac avec un narguilé/bu de l’alcool/été ivre/ fumé du cannabis ? » et « Quel âge aviez-vous la première fois ? Pour chacune, une variable catégorielle a été créée (jamais consommé ; initiation tardive ; initiation précoce). L’initiation précoce a été définie comme un âge à l’initiation inférieur au 25e percentile (Mayet et al., 2016) : 14 ans pour le narguilé et l’alcool et 15 ans pour l’ivresse et le cannabis. Le nombre d’autres drogues illicites expérimentées a été inclus en tant que variable catégorielle codée de 0 à 7 produits. Les autres drogues illicites comprenaient les champignons, l’ecstasy/MDMA, l’amphétamines/le speed, le LSD, le crack/freebase, la cocaïne, l’héroïne.

2.6. Analyse statistique

L’échantillon de répondants et l’échantillon analytique ont été décrits avec des pourcentages pour les variables catégorielles et des moyennes pour les variables continues.

Nous avons utilisé une approche IPTW en estimant des scores de propension inverses stabilisés (PS) comme poids pour estimer l’impact de l’expérimentation de la cigarette électronique sur le passage au tabagisme quotidien parmi les utilisateurs de la cigarette. Cette approche permet de contrôler les facteurs de confusion mesurés et de vérifier l’équilibre de ces facteurs de confusion entre les groupes exposés et non exposés.

Le score de propension représente pour chaque individu la probabilité d’être exposé en fonction des caractéristiques de base (Ali et al., 2016 ; Rosenbaum et Rubin, 1983). Il a été estimé en effectuant une régression logistique multiple sur la variable d’exposition (e-cigarette jamais utilisée). Les variables ont été incluses dans la régression logistique PS si elles pouvaient influencer le résultat (tabagisme quotidien à 17 ans) ou avoir un impact sur la probabilité d’exposition sans être influencées par l’exposition : variables d’âge et d’âge à la première consommation de cigarettes, sociodémographiques, de performance scolaire et de consommation de drogues. Toutes les variables ont été ajoutées comme effets principaux, ainsi que les termes d’interaction suivants : âge au moment de l’initiation au tabac et sexe, âge au moment de l’initiation au tabac et score de SAF, âge au moment de l’initiation au tabac et difficulté à lire, et expérimentation du narguilé et sexe. En outre, les facteurs de pondération de l’enquête ESCAPAD 2017 ont été inclus dans le modèle PS. Enfin, des pondérations PS inverses stabilisées ont été calculées (Austin et Stuart, 2015 ; Xu et al., 2010).

Pour évaluer l’équilibre entre les deux groupes, des différences moyennes standardisées (DMN) absolues de chaque covariable sélectionnée ont été calculées entre les groupes exposés et non exposés avant et après l’inclusion des PS inverses stabilisées en tant que facteurs de pondération. Nous avons choisi un seuil conventionnel, une DMN absolue inférieure à 0,1, comme indicateur de bon équilibre dans l’échantillon pondéré (Austin et Stuart, 2015 ; Linden et Samuels, 2013).

L’impact de l’utilisation de la cigarette électronique sur le tabagisme quotidien a été estimé par des ratios de prévalence (interprétés comme des ratios de risque) obtenus à partir d’un modèle de régression de Poisson modifié simple avec l’IPTW, qui incluait le tabagisme quotidien à 17 ans comme résultat et l’utilisation de la cigarette électronique comme exposition. Les modèles de Poisson modifiés permettent directement l’estimation des ratios de risque (Zou et Donner, 2013). L’option de variance robuste a été choisie pour estimer correctement les intervalles de confiance (Zou, 2004). Nous avons réalisé un modèle de Poisson supplémentaire incluant les variables utilisées pour spécifier le score de propension sous forme de covariables afin d’ajuster le déséquilibre résiduel potentiel des covariables et de fournir des estimations doublement robustes (Imbens et Rubin, 2015).

Fig. 2. Analyses principales et complémentaires.

3. Résultats

3.1. Le tabagisme et l’usage de la cigarette électronique chez les adolescents français de 17 ans (n = 39 115)

59,0 % des adolescents français de 17 ans déclarent avoir essayé de fumer, un chiffre à peine plus élevé que l’expérimentation de la cigarette électronique (52,4 %). L’usage au cours du mois écoulé est deux fois plus fréquent pour les cigarettes que pour les e-cigarettes (34,1 % contre 16,8 %). Pour les cigarettes, l’utilisation au cours du mois écoulé a été principalement le tabagisme quotidien (25,1 %), alors que l’utilisation quotidienne de la e-cigarette n’a été que de 1,9 % (tableau 1).

Tableau 1. Prévalence de l’usage de la e-cigarette et du tabagisme à 17 ans, en France en 2017 (ESCAPAD 2017, OFDT).

À 17 ans, 44,8 % avaient déjà expérimenté les deux produits (double utilisateurs), 33,5 % n’avaient expérimenté aucun produit, et 14,1 % avaient seulement essayé de fumer, tandis que 7,6 % avaient seulement essayé la cigarette électronique.

L’âge moyen au moment de l’initiation au tabac était de 14,4 ans, l’âge moyen au moment de la transition vers le tabagisme quotidien était de 15,1 ans et l’âge moyen au moment de l’initiation à la e-cigarette était de 15,4 ans. Parmi les double utilisateurs, 71,4 % ont essayé la e-cigarette après avoir essayé de fumer, tandis que 13,2 % ont essayé la e-cigarette avant, et 15,4 % la même année. Parmi les fumeurs quotidiens qui ont essayé la e-cigarette (N = 7 054), 40,2 % (N = 2 870) l’ont essayée après le passage à la cigarette quotidienne, 27,2 % (N = 1 882) avant et 32,7 % (N = 2 302) la même année.

3.2. Rôle de l’usage de la cigarette électronique lors du passage à la consommation quotidienne à 17 ans chez les personnes ayant déjà fumé (n = 21 401)

Dans la population qui nous intéresse, 32,1 % des personnes qui ont expérimenté la cigarette électronique (groupe exposé, n = 13 055) étaient des fumeurs quotidiens, contre 49,6 % chez les autres (groupe non exposé, n = 8 346). Leurs caractéristiques sont présentées dans le tableau S1 des documents complémentaires.

Le tableau 2 résume l’impact estimé de l’utilisation des e-cigarettes sur la transition vers le tabagisme quotidien chez les personnes ayant déjà fumé. La régression pondérée simple a donné une estimation de RR = 0,62 95 % IC [0,60 – 0,64]. Les adolescents qui ont expérimenté la e-cigarette étaient moins susceptibles que ceux qui ne l’ont pas fait de passer à une consommation quotidienne de tabac à 17 ans. L’ajout de covariables a donné des résultats très similaires (non indiqués). La spécification du score de propension a permis de bien équilibrer les répondants exposés et non exposés sur les covariables choisies (plus haut SMD absolu = 0,01) (tableau S2). La PS inverse stabilisée a montré une dispersion raisonnable, condition de la fiabilité de l’estimation (tableau 3).

Tableau 2. Estimation de l’effet de l’utilisation de la e-cigarette sur le passage au tabagisme quotidien chez les Français ayant déjà fumé à 17 ans en 2017 (ESCAPAD 2017, OFDT).

Tableau 3. Distribution des scores de propension inverse stabilisés dans l’échantillon analytique (ESCAPAD 2017, OFDT).

La suppression des variables décrivant la consommation d’autres substances et l’école de la spécification du score de propension a très légèrement réduit l’effet négatif de la e-cigarette sur la transition vers le tabagisme quotidien (de RR = 0,62 95 % IC [0,60 – 0,64] à RR = 0,66 95 % IC [0,63 – 0,68]) (tableau S3).

Si l’on considère la chronologie de l’expérimentation de la cigarette électronique et du tabagisme, l’effet négatif de la cigarette électronique sur la transition vers le tabagisme quotidien était toujours présent lorsque les individus expérimentaient la cigarette électronique avant de commencer à fumer (RR = 0,76 95 % IC [0,66 – 0,89]). Lorsqu’ils ont essayé l’e-cigarette après avoir fumé, l’effet était RR = 0,66 95 % IC [0,64 – 0,69] (tableaux S4 et S5).

4. Discussion

Nos résultats montrent que parmi les Français ayant déjà fumé à 17 ans, ceux qui avaient expérimenté la e-cigarette étaient moins susceptibles de passer plus tard à la cigarette quotidienne que ceux qui ne l’avaient pas fait. C’était le cas même lorsque la e-cigarette était essayée avant de commencer à fumer, en contradiction avec l’hypothèse de la passerelle.

De nombreuses études ont montré une association entre l’utilisation de la e-cigarette et l’initiation ultérieure au tabac chez les adolescents des États-Unis, du Royaume-Uni ou du Canada (Soneji et al., 2017). Comme mentionné précédemment, l’expérimentation de la e-cigarette et le tabagisme semblent être des comportements fortement associés. Nos résultats ne remettent pas en cause ces constatations puisque notre résultat (le tabagisme quotidien) et nos objectifs étaient différents.

Certaines études ont examiné le tabagisme régulier comme un résultat. Barrington-Trimis et al. ont constaté que les adolescents qui ont expérimenté la e-cigarette étaient plus enclins que les autres à devenir des fumeurs réguliers et des consommateurs de tabac, bien qu’ils n’aient pas constaté de différence significative entre les deux résultats. En France, la plupart des adolescents commencent par expérimenter le tabagisme, puis expérimentent les e-cigarettes, ce qui pourrait expliquer une partie de la différence. En cohérence avec nos résultats, parmi les fumeurs réguliers au départ, ils ont trouvé que ceux qui avaient déjà utilisé des e-cigarettes au départ ne différaient pas dans leur séquence de progression du tabagisme de ceux qui ne l’avaient pas fait (OR = 0,76 ; 95 % IC:0,41-1,42 pour la déclaration de consommation fréquente de cigarettes au cours des 30 derniers jours, définie comme 3-5 jours ou plus) (Barrington-Trimis et al., 2018). Il semble que, bien que les e-cigarettes et le tabagisme soient des comportements associés, les e-cigarettes ne semblent pas augmenter les comportements de fumeurs parmi les personnes ayant déjà fumé.

En France, le tabagisme reste beaucoup plus fréquent que dans les pays où d’autres études ont été menées, ce qui pourrait expliquer les résultats divergents trouvés dans la littérature. En 2018, 27,3 % des lycéens français ont déclaré avoir fumé au cours des 30 derniers jours (Spilka et al., 2019). En comparaison, la consommation actuelle de cigarettes était de 8,1 % chez les lycéens américains la même année (13,9 % pour tout produit du tabac combustible) (Gentzke et al., 2019) et elle était de 15 % à l’âge de 15 ans au Royaume-Uni en 2016 (National Health Service Digital, 2017). En outre, des dispositifs créant une forte dépendance et délivrant de fortes doses de sels de nicotine n’étaient pas disponibles en France au moment de l’enquête, contrairement à la situation aux États-Unis où la plupart des e-cigarettes utilisées par les adolescents contiennent de la nicotine. De même, comme pour le tabagisme, le vapotage en France est fortement réglementé et la publicité est interdite, ce qui n’est pas le cas, par exemple, aux États-Unis (Marynak et al., 2018).

La France a récemment mis en œuvre de fortes politiques de lutte contre le tabagisme, notamment des emballages neutres et des augmentations régulières des prix (Lermenier-Jeannet, 2018). Dans le même temps, la prévalence du tabagisme quotidien chez les adultes est actuellement en forte diminution (Andler et al., 2019). Nos résultats pourraient illustrer cette dénormalisation continue du tabagisme. Les e-cigarettes pourraient représenter une alternative au tabagisme pour une proportion croissante d’adolescents qui, bien qu’ils puissent expérimenter les deux produits, perdent tout intérêt pour le tabac. Pour tester cette hypothèse, les motivations pour fumer et pour utiliser la e-cigarette chez les adolescents français devront être approfondies par des analyses à la fois qualitatives et quantitatives.

L’usage des e-cigarettes, en particulier chez les adolescents, reste un sujet controversé parmi les professionnels de la santé publique (Chapman et al., 2019 ; Kozlowski et Warner, 2017 ; Newton et al., 2018). Cependant, en France, le tabagisme représente toujours la principale menace pour la santé. Dans ce contexte et à la lumière de nos résultats, nous recommandons de poursuivre les efforts de lutte contre le tabagisme et de produire des données plus solides pour mieux comprendre les risques liés aux e-cigarettes et leur rôle dans les comportements tabagiques. Des données sur le rôle des e-cigarettes provenant de pays où la prévalence du tabagisme varie sont nécessaires pour compléter la littérature existante.

4.1. Limitations

Nos conclusions sont provisoires et ne concernent que les fumeurs âgés de 17 ans. Les personnes qui, à 17 ans, ne sont pas des fumeurs quotidiens pourraient suivre deux trajectoires possibles : devenir plus tard des fumeurs quotidiens ou rester des fumeurs non quotidiens. Nos analyses devraient être répétées dans les cohortes qui enquêtent sur les groupes d’âge plus âgés pour étudier l’impact de l’utilisation de la cigarette électronique sur les comportements tabagiques plus tard dans la vie.

Nous utilisons l’âge auto-déclaré au moment de l’initiation au tabac et à la cigarette électronique ainsi que l’âge au moment de la transition vers le tabagisme quotidien pour construire des trajectoires rétrospectives d’utilisation. Nous reconnaissons qu’un biais de rappel pourrait être possible mais limité pour ces questions (Henriksen et Jackson, 1999 ; Johnson et Mott, 2001 ; Parra et al., 2003). Ces événements se sont pour la plupart produits sur une période de 5 ans et l’initiation au tabac est généralement considérée comme un « rite de passage » important pour les adolescents en France. Nous supposons donc que la séquence d’utilisation entre la e-cigarette, la cigarette et le tabagisme quotidien doit être bien rappelée.

Nous n’avons considéré que l’initiation à la cigarette électronique (et non l’usage régulier ou quotidien) comme une exposition. Cette limitation est mineure compte tenu de la proportion relativement faible d’utilisation régulière de la e-cigarette à 17 ans. Enfin, comme le type de dispositif d’e-cigarette et la présence de nicotine dans le liquide étaient inconnus, nous n’avons pas pu les prendre en compte.

En conclusion, nos résultats représentent des indications supplémentaires sur le rôle potentiel de la e-cigarette sur les habitudes tabagiques en se concentrant sur la transition vers le tabagisme quotidien. Ils s’appuient sur la robustesse de la méthode d’enquête ESCAPAD 2017 et sur une approche analytique rigoureuse. Ils illustrent le contexte français où le tabagisme est encore très répandu bien que de moins en moins populaire et où l’expérimentation des e-cigarettes pourrait refléter un manque d’intérêt pour le tabagisme. Cependant, la vape des adolescents devra être surveillée de près pour éviter tout problème de santé publique.

Contributeurs

SL, SC et TB ont conçu le plan d’analyse statistique. FB et SS ont supervisé les travaux. SC a effectué l’analyse des données et rédigé le manuscrit. SL, TB, FB et SS ont fourni un retour d’information critique sur le manuscrit et les analyses. Tous les auteurs ont lu et approuvé le manuscrit final.
Rôle de la source de financement

Ces travaux ont été soutenus par la Ligue contre le cancer dans le cadre du programme de recherche PETAL sur le tabagisme chez les adolescents. Le contenu est sous la seule responsabilité des auteurs.

Déclaration d’intérêt concurrent

Aucun conflit déclaré.

Remerciements

Nous remercions Gwenn Menvielle et Raphaël Andler pour leurs conseils sur le plan d’analyse statistique, l’équipe du programme de recherche PETAL pour son soutien et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) pour sa coordination. Nous remercions Jenna Binion et Eric Thomson pour leur aide à la relecture du manuscrit.


Annexe A. Données complémentaires

Voici des données complémentaires à cet article :


Fichier d’origine (anglais), avec références

source : ScienceDirect.com

L’Académie nationale de médecine soutient l’e-cig

Académie nationale de médecine

Fin 2019, c’est par un communiqué de presse que la célèbre Académie nationale de médecine* a estimé qu’il était de son devoir et dans l’intérêt de la santé publique de soutenir le vaporisateur personnel, dans ce cas appelé « vaporette », suite aux dramatiques événements ayant touché des vapoteurs américains ayant détourné l’utilisation du dispositif.

Pour rappel, les États-Unis ont connu une grave crise liée à des cas de maladies pulmonaires voire de décès suite à un usage non prévu et dangereux de la cigarette électronique, à savoir l’emploi de produits frelatés de marché noir contenant du THC, agent psychoactif du cannabis, et de l’acétate de vitamine E (diluant).

Craignant que ces informations soient mal interprétées et n’éloignent les consommateurs des produits licites de la vape, ce qui aurait pour effet de les replonger dans le tabagisme, L’Académie nationale de médecine a communiqué en ces termes :

L’Académie nationale de médecine rappelle les avantages prouvés et les inconvénients indûment allégués de la cigarette électronique (vaporette)

La confiance en la cigarette électronique est aujourd’hui ébranlée par l’observation d’une soudaine épidémie de pathologies pulmonaires localisée aux Etats-Unis ainsi que par le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui sans argumenter, qualifie la cigarette électronique « d’indiscutablement nocive ». La position exprimée par l’Académie en 2015 conseillait de garantir la sûreté des produits, de déclarer les substances présentes dans les e-liquides et surtout d’en interdire la vente aux mineurs ainsi que la publicité et l’usage là où il est interdit de fumer. C’est le cas aujourd’hui en France où les cigarettes électroniques relèvent de normes de qualité et de sécurité, à l’inverse des Etats-Unis.

Cette crise de confiance pourrait causer la mort de milliers de fumeurs alors que le tabac tue la moitié de ses fidèles consommateurs. Ne pas confondre le contenant nocif avec la toxicité du contenu

L’épidémie américaine d’atteintes pulmonaires est due à un détournement de son usage car, après avoir mis en cause le vapotage en tant que tel, le Center for Disease Control and Prevention (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA) reconnaissent que ce détournement est la cause principale de cette épidémie dont sont atteintes en quatre mois près de 2200 personnes avec 42 décès. Il ne faut pas accuser le contenant d’être nocif alors que c’est le contenu qui est en réalité nocif et responsable de l’alerte américaine.

La vaporette moins dangereuse que la cigarette aide à l’arrêt et à la diminution de la consommation de tabac. 700 000 fumeurs ont décroché grâce à elle.

Il est établi que la vaporette est moins dangereuse que la cigarette : Comme l’a indiqué l’Académie nationale de médecine dès 2015, il est donc préférable pour un fumeur de vapoter. Depuis 2016, la Haute autorité de santé (HAS) la considère « comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs », parfois mieux que les autres substituts nicotiniques comme le montre un essai randomisé. Santé Publique France indique qu’au moins 700 000 fumeurs ont décroché grâce à la cigarette électronique. Si l’inquiétude est totalement fondée aux USA, ce n’est pas ce qui est constaté en France car les études de Paris Sans Tabac montrent que la consommation globale de nicotine chez les jeunes – vaporette plus tabac – diminue grâce à la réglementation française et européenne. L’épidémie de mésusage par les jeunes rappelle aux américains qu’ils ont insuffisamment réglementé son usage. Ce défaut de réglementation explique cette crise, comme celle des opioïdes. En France, nombre de fumeurs qui s’apprêtaient à passer à la vaporette au lieu du tabac ne doivent pas hésiter puisque l’HAS en a fait un produit utile à l’arrêt du tabac et qui a fait ses preuves.

L’Académie nationale de médecine prévient qu’il ne faut pas se tromper d’ennemi ! »

source : Académie nationale de médecine

* « L’Académie nationale de médecine est une personne morale de droit public à statut particulier, placée sous la protection du Président du République (sic). Elle a pour mission de répondre, à titre non lucratif, aux demandes du Gouvernement sur toute question concernant la santé publique et de s’occuper de tous les objets d’étude et de recherche qui peuvent contribuer aux progrès de l’art de guérir. »

Statuts et règlements, site officiel

Utilisation des e-cigarettes (vaporisateurs) chez les adultes en Grande-Bretagne, une étude 2019 de l’ASH (Action on Smoking and Health)

Voici la traduction d’une étude menée par l’ASH en 2019 sur les comportements d’utilisation des vaporisateurs personnels au Royaume-Uni.

Action on Smoking and Health (ASH) [ Action sur le Tabagisme et la Santé ] est un organisme de bienfaisance en santé publique qui travaille à éliminer les méfaits causés par le tabac. L’ASH a été fondée en janvier 1971 par le Royal College of Physicians. Nous n’attaquons pas les fumeurs et ne condamnons pas le tabagisme. L’organisation est sous la direction de la directrice générale, Deborah Arnott, et est dirigée par un conseil d’administration. Le duc de Gloucester est notre patron.

ASH

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES CONSTATATIONS

Cette fiche d’information fournit une analyse détaillée des attitudes et des comportements des adultes à l’égard des cigarettes électroniques et de leur évolution au fil du temps. Les données proviennent d’une enquête annuelle, Smokefree GB, réalisée pour ASH par YouGov. Le sondage a commencé à poser des questions sur l’utilisation de la cigarette électronique en 2010 et cette mise-à-jour comprend les résultats du sondage de 2019 effectué au printemps 2019.

Voici un résumé des principales constatations.

L’UTILISATION DES E-CIGARETTES ET LA SENSIBILISATION AUX E-CIGARETTES

• L’utilisation de la cigarette électronique continue d’augmenter et on estime que 7,1 % de la population adulte, soit 3,6 millions de personnes en Grande-Bretagne, utilisent actuellement la cigarette électronique (vape, vapotage). (Tableau 1) 1

• Plus de la moitié (54,1 %) des vapoteurs actuels sont d’anciens fumeurs, et cette proportion a augmenté d’année en année, tandis que la proportion de vapoteurs qui fument également (appelés double utilisateurs) a baissé à 39,8 % en 2019. 2 (Figure 1)

• La proportion de fumeurs adultes qui n’ont jamais essayé les e-cigarettes a diminué rapidement entre 2010 et 2014, et a continué à diminuer, mais progressivement, à partir de 2015. 3 En 2019, elle était de 34,1%. (Figure 2)

• Seulement 0,8 % des personnes qui n’ont jamais fumé sont des vapoteurs actuels (soit 6,1 % des vapoteurs).

ATTITUDES À L’ÉGARD DES E-CIGARETTES

• Comme les années précédentes, la principale raison invoquée par les anciens fumeurs pour utiliser les e-cigarettes est d’abord de les aider à arrêter de fumer (31%) et ensuite de prévenir les rechutes (20%).

• La principale raison invoquée par les fumeurs actuels pour utiliser les e-cigarettes est de réduire leur consommation (21%), puis d’économiser de l’argent par rapport au tabagisme (16%). Des proportions importantes disent que la raison principale est de les aider à arrêter de fumer (14 %) ou à prévenir les rechutes (12 %). (Figure 3)

• La principale raison invoquée par les non-fumeurs pour le vapotage est de l’essayer (73%).

• La proportion de fumeurs qui croient correctement que le vapotage est moins nocif que le tabagisme est passée d’un peu plus de la moitié (54 %) l’an dernier à un peu moins de la moitié (48 %) cette année. Ceci n’inclut pas le 1% des fumeurs qui disent qu’ils pensent que le vapotage est inoffensif. (Figure 7)

PRODUITS UTILISÉS

• Les produits les plus populaires pour tous les vapoteurs sont encore les systèmes de réservoirs, mais il y a eu une baisse depuis 2018 (de 83% à 77%) ainsi qu’une augmentation de l’utilisation des systèmes de cartouches/pod (de 14% à 18%). (Figure 10)

• La majorité des vapoteurs actuels (73 %) disent n’utiliser qu’un seul appareil.

• Lorsqu’on leur demande quelles marques ils utilisent, pour ceux qui ont essayé le vapotage et les cartouches, les types de systèmes les plus populaires [ ont globalement comme parties prenantes des cigarettiers ou anciens acteurs de Big Tobacco ].

• En 2019, 64 % des vapoteurs actuels consommant de la nicotine utilisaient des e-liquides d’une concentration de 1-12 mg/ml et 24 % utilisaient 13-20 mg/ml (20 mg/ml est la limite légale). Seulement 2 % utilisaient de 21 à 34 mg/ml et aucun n’a dit qu’ils en utilisaient plus que cela, bien que 10 % ont dit qu’ils ne savaient pas. (Tableau 4)

• La moitié des vapoteurs, 50%, disent qu’ils utilisent la même puissance d’e-liquide que lorsqu’ils ont commencé à vapoter, alors que 39% ont diminué la force et seulement 9% ont augmenté la force avec le temps. (Figure 11)

L’UTILISATION DES E-CIGARETTES ET LA SENSIBILISATION AUX E-CIGARETTES

En 2019 et 2018, 94 % des fumeurs et 93 % de la population générale avaient entendu parler des e-cigarettes. Ceci contraste avec 2012, alors que 49% des adultes ayant répondu à la même question connaissaient l’existence des e-cigarettes.

Depuis le début des mesures en 2012, le nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques est passé d’environ 700.000 à 3,6 millions en 2019. Le taux d’augmentation a été le plus élevé au cours des premières années, mais l’utilisation de cigarettes électroniques continue de croître, et le taux de croissance augmentera à nouveau à partir de 2017 (Tableau 1).

Il y a des différences dans le comportement de vapotage selon la classe sociale, 9,1 % des personnes classées comme C2DE* étant des vapoteurs actuels comparativement à seulement 5,5 % des personnes classées comme ABC1**. Cela reflète la répartition socio-économique des fumeurs, mais le taux de croissance depuis 2015 a été plus élevé dans les C2DE que dans les ABC1. En 2015, 4,6 % des ABC1 et 6,3 % des C2DE vapotaient. La variation est de 0,9 point de pourcentage pour ABC1 et de 2,8 points de pourcentage pour C2DE.

NRDL, définitions :

* C2DE : au Royaume-Uni, les trois groupes sociaux et économiques inférieurs d’une société, désignant surtout les consommateurs de ce groupe et leur comportement d’achat
** ABC1 : au Royaume-Uni, un consommateur appartenant à l’un des trois groupes sociaux et économiques supérieurs, c’est-à-dire des personnes plus instruites et mieux rémunérées que celles des autres groupes

Cambridge.org

La tranche d’âge de pointe pour l’utilisation actuelle des cigarettes électroniques en 2019 est celle des 35-44 ans (9,5 %), suivie des 45-54 ans (9,3 %), puis des 25-34 ans (7,8 %). Les taux de vapotage les plus faibles selon l’âge sont de 4,3 % chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans, suivis de ceux de plus de 55 ans à 5,6 %. Il y a peu de différence dans l’utilisation de la cigarette électronique selon le sexe, 7,3 % des personnes se déclarant masculines et 6,9 % des personnes se déclarant féminines affirmant qu’elles utilisent actuellement la cigarette électronique.

Nombre d’utilisateurs d'e-cigarettes en Grande-Bretagne

PROPORTION DE VAPOTEURS SELON LE STATUT TABAGIQUE

L’usage de la cigarette électronique est en grande partie limité aux fumeurs actuels et aux ex-fumeurs, et l’usage chez les personnes qui n’ont jamais fumé demeure faible. Sur les 3,6 millions de vapoteurs actuels, un peu moins de 2 millions sont d’anciens fumeurs, 1,4 million sont des fumeurs actuels et 200.000 n’ont jamais été fumeurs. Au fil du temps, la proportion de utilisateurs de cigarettes électroniques qui fument du tabac a diminué, tandis que la proportion d’ex-fumeurs a augmenté (Figure 1). En 2019, 54,1 % des vapoteurs actuels étaient d’anciens fumeurs et 39,8 % fumaient également (double utilisateur).

Cela signifie que chaque année depuis 2017, la plupart des utilisateurs d’e-cigarettes ont été d’anciens fumeurs, plutôt que des utilisateurs doubles ou jamais fumeurs. Cependant, il y a plus d’ex-fumeurs que de fumeurs actuels dans la population. Par conséquent, seulement 12 % des ex-fumeurs vapotent, comparativement à 19,5 % des fumeurs actuels.

Population d'utilisateurs adultes de cigarettes électroniques

La proportion de fumeurs adultes qui ont essayé les e-cigarettes a augmenté rapidement de 2010 à 2014, mais depuis 2016, elle a atteint un plateau. Plus du tiers (34,1 %) des fumeurs actuels n’avaient jamais essayé la vape en 2019 (Figure 2).

Usage de la cigarette électronique chez les fumeurs adultes actuels, Grande-Bretagne

COMPORTEMENT DE VAPOTAGE

COMPORTEMENT DE VAPOTAGE CHEZ LES EX-FUMEURS

13,3% des ex-fumeurs ont essayé la vape mais ont arrêté, comparé à 11,7% des ex-fumeurs qui vapotent actuellement. Cela signifie qu’il y a 2,2 millions d’ex-fumeurs qui ont essayé le vapotage mais qui ne le font plus, comparativement à un peu moins de 2 millions d’ex-fumeurs (1,95 million) qui sont actuellement vapoteurs.

Plus d’un quart des anciens fumeurs qui avaient l’habitude de vapoter, ont vapoté quotidiennement (26,4%). Au total, un peu moins de quatre sur dix (38,7 %) ont vapoté plus d’une fois par mois. Une autre tranche de 14,5 % vapotait moins d’une fois par mois, tandis que 42,9 % n’ont essayé qu’une ou deux fois et 3,9 % ne s’en souvenaient pas ou ne savaient pas.

Neuf ex-fumeurs sur dix utilisent actuellement la vape des e-cigarettes tous les jours (88,5 %), dont 97,3 % vapotent plus d’une fois par mois. Plus des trois quarts d’entre eux vapotent depuis plus d’un an (78,4%) :

• 21,6% ont vapoté depuis moins d’un an

• 39,5 % ont vapoté pendant 1 à 3 ans

• 38,9 % ont vapoté depuis plus de 3 ans

LES CIGARETTES ÉLECTRONIQUES CONTRIBUENT-ELLES À LA DIMINUTION DU TABAGISME ?

L’enquête démographique annuelle a révélé que la prévalence du tabagisme chez les adultes de 18 ans et plus en Angleterre a diminué de 5,4 points de pourcentage entre 2011 et 2018. En 2011, 19,8% des adultes ont fumé, tombant à 14,9% en 2017 et à 14,4% en 2018, soit une baisse de 7,7 millions de fumeurs en 2011 à 6,1 millions en 2017 et 5,9 millions en 2018. 4

Une approche globale de la lutte antitabac a été mise en œuvre au cours de cette période, ce qui a été associé à une réduction de la prévalence du tabagisme. 5 6 7 Il s’agissait notamment d’une interdiction d’étalage du tabac, de grandes mises en garde graphiques sur le devant des paquets, d’emballages neutres, d’une augmentation des taxes sur le tabac et de tailles minimales de paquets ; un certain nombre de facteurs ont probablement contribué à ce déclin de la prévalence.

Toutefois, l’étude Smoking Toolkit Study (une série continue d’enquêtes mensuelles auprès de la population adulte d’Angleterre) a montré une association claire entre les changements dans les taux d’abandon du tabac et la prévalence de l’usage de la cigarette électronique après ajustement statistique en fonction d’une série de facteurs de confusion potentiels. 8 Si l’association est causale, les e-cigarettes étaient responsables d’environ 69.930 ex-fumeurs supplémentaires en Angleterre en 2017. 9 De plus, des données récentes issues d’un essai contrôlé randomisé ont montré que la vape était presque deux fois plus efficace que le TRN [ substitut nicotinique ] pour aider les fumeurs à arrêter de fumer dans un service d’abandon du tabac en Angleterre. 10

COMPORTEMENT DE VAPE CHEZ LES FUMEURS (DOUBLE USAGE)

Les habitudes d’utilisation chez les double utilisateurs ne suivent pas une tendance claire : 45 % des fumeurs vapotent actuellement quotidiennement, tandis que 51 % le font moins que quotidiennement. Ceux qui vapotent tous les jours fument en moyenne beaucoup moins que ceux qui vapotent moins souvent que tous les jours. Le Tableau 2 donne une ventilation du nombre de cigarettes fumées par jour, selon qu’elles sont fumées quotidiennement ou non. Moins de six cigarettes par jour sont considérées comme une faible consommation quotidienne de tabac, tandis que 21 cigarettes ou plus sont considérées comme une forte consommation de tabac. La moitié de tous les vapoteurs quotidiens peuvent être définis comme des fumeurs « légers », fumant moins de six par jour, comparativement à un vapoteur non quotidien sur cinq. Plus de trois fois la proportion des vapoteurs non quotidiens sont des fumeurs « lourds », fumant plus de 21 cigarettes par jour (13,9 % comparativement à 4 %) (Tableau 2).

Comportement de vape chez les double utilisateurs

COMPORTEMENT DE VAPOTAGE CHEZ LES PERSONNES N’AYANT JAMAIS FUMÉ

La proportion de vapoteurs actuels qui n’ont jamais fumé augmente, passant de 1,8 % en 2015 à 6,1 % en 2019 (Figure 1). Toutefois, dans l’échantillon de YouGov, il y a plus de jeunes qui n’ont jamais fumé (52,7 %) que d’anciens fumeurs (32,8 %) et de fumeurs actuels (14,5 %). Par conséquent, la proportion de non-fumeurs qui vapotent est de 0,8 %, comparativement à 11,7 % des ex-fumeurs et à 19,5 % des fumeurs actuels. De plus, 13,3 % des anciens fumeurs déclarent avoir essayé les cigarettes électroniques mais ne les utilisent plus.

Les personnes qui ne fument jamais et qui ont essayé ou qui vapotent actuellement sont différentes des fumeurs à la fois dans leur comportement de vape et dans leurs attitudes envers la vape. Seulement un quart des personnes qui n’ont jamais fumé et qui ont déclaré avoir essayé le vapotage sont des utilisateurs actuels. Seulement 4 % des jeunes qui n’ont jamais fumé et qui disent utiliser ou avoir utilisé des cigarettes électroniques disent qu’ils ont vapoté tous les jours. Plus du tiers (36 %) des jeunes qui n’ont jamais fumé et qui ont essayé le vapotage déclarent ne jamais avoir utilisé une cigarette électronique contenant de la nicotine. Les principales raisons que les personnes qui ne fument jamais donnent pour le vapotage sont simplement pour essayer (73%), et parce qu’ils aiment l’expérience (13%).

ATTITUDES À L’ÉGARD DU VAPOTAGE

RAISONS DE L’UTILISATION DES E-CIGARETTES

Parmi tous les utilisateurs d’e-cigarettes, les trois principales raisons de vapoter restent qu’il est question d’une aide à l’abandon du tabac (22%), suivi par la prévention des rechutes (16%) et des économies (14%). Un quart des utilisateurs des groupes socio-économiques D (25 %) et E (24 %) ont cité l’épargne comme raison pour la vape, comparativement à 18 % dans le groupe AB.

RAISONS DE L’USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE SELON LE STATUT TABAGIQUE

L’utilisation de cigarettes électroniques pour cesser de fumer ou pour les aider à ne pas fumer était la raison la plus fréquemment invoquée pour justifier la vape chez les ex-fumeurs qui sont aussi d’anciens vapoteurs (38 % et 20 % respectivement). L’économie d’argent a également été citée comme une raison importante (13 %).

Lorsqu’on demande aux utilisateurs actuels d’e-cigarettes qui sont d’anciens fumeurs d’indiquer la principale raison pour laquelle ils vapotent, les raisons les plus fréquemment citées sont : pour les aider à arrêter de fumer (31 %) ou pour les aider à ne pas fumer (20 %), parce qu’ils aiment vapoter (14 %) et pour économiser (13 %).

Les principales raisons pour lesquelles les utilisateurs actuels de cigarettes électroniques qui fument aussi (double utilisation) disent utiliser les cigarettes électroniques sont pour les aider à réduire la quantité de cigarettes fumées (21 %) et pour économiser de l’argent (16 %). Cependant, 14 % disent qu’ils les utilisent pour essayer de les aider à cesser de fumer et 12 % pour les aider à cesser de fumer.

Raison principale pour laquelle les consommateurs de vaporisateurs personnels utilisent un e-cigarette

Pour en savoir plus sur le point de vue des vapoteurs sur leur utilisation des e-cigarettes, on a demandé aux vapoteurs actuels s’ils étaient d’accord ou en désaccord avec une série d’énoncés.

Pour la plupart des utilisateurs d’e-cigarettes, l’amélioration de leur santé est leur raison numéro un pour le vapotage. Parmi l’ensemble des utilisateurs, 60 % sont d’accord pour dire que « la santé est ma principale raison d’opter pour les e-cigarettes » (Tableau 3).

Perception de la vape pour les utilisateurs de vaporisateurs personnels
Comment les utilisateurs d’e-cigarettes voient la vapeD’accordNi d’accord ni en désaccord / je ne sais pasEn désaccord
La santé est ma raison numéro un pour adopter les e-cigarettes60,00 %26,00 %14,00 %
J’ai beaucoup de plaisir à vapoter51,00 %36,00 %12,00 %
La cigarette électronique a amélioré ma qualité de vie51,00 %37,00 %12,00 %
Le vapotage n’est pas une solution magique pour arrêter de fumer50,00 %24,00 %26,00 %
La vape est un médicament que j’utilise pour traiter ma dépendance au tabac.50,00 %31,00 %20,00 %
Abaisser les niveaux de nicotine que je consomme par la vape est une priorité pour moi.44,00 %34,00 %22,00 %
J’ai peur de consommer plus de nicotine maintenant que j’utilise une cigarette électronique.13,00 %26,00 %61,00 %
J’aime passer du temps à discuter de vape en ligne8,00 %19,00 %73,00 %

SATISFACTION

A également été demandé à ceux qui ont essayé le vapotage à quel point ils l’ont trouvé satisfaisant.

Les ex-fumeurs qui vapotent actuellement

Près des deux tiers (65 %) des utilisateurs de cigarettes électroniques qui ne fument plus trouvent la vape plus satisfaisante ou aussi satisfaisante que le tabagisme, et moins du tiers (31 %) la trouvent moins satisfaisante (Figure 4). Toutefois, bien que le vapotage puisse être moins satisfaisant que le tabagisme pour certains, et le plaisir de vapoter est cité comme la principale motivation pour l’utilisation par seulement 12% des utilisateurs actuels d’e-cigarettes, lorsqu’on leur demande s’ils obtiennent « beaucoup de plaisir à vapoter » 51% des utilisateurs d’e-cigarettes sont d’accord (Tableau 3).

Les fumeurs qui vapotent actuellement

Les chiffres sont inversés pour les vapoteurs qui fument également, environ un tiers (32 %) le trouvant plus satisfaisant ou aussi satisfaisant que le tabagisme, et deux tiers (63 %) le trouvant moins satisfaisant.

Les ex-fumeurs qui sont d’anciens vapoteurs

Cependant, les niveaux de satisfaction sont les plus bas de tous pour les fumeurs qui n’utilisent plus les e-cigarettes, 80% d’entre eux disant qu’ils ont trouvé la vape moins satisfaisante. Les produits se sont améliorés au fil des ans, et il vaudrait la peine d’encourager les ex vapoteurs qui fument à essayer à nouveau de vapoter pour inciter d’autres tentatives d’abandon.

Taux de satisfaction actuels des e-cigarettes par rapport au tabagisme, Grande-Bretagne

LES RAISONS POUR LESQUELLES LES FUMEURS N’ONT PAS ESSAYÉ OU ONT CESSÉ D’UTILISER LES E-CIGARETTES

Il existe un large éventail de raisons pour lesquelles les fumeurs disent qu’ils n’ont pas encore essayé les e-cigarettes. L’opinion des fumeurs sur la dépendance a été citée le plus souvent, 16 % d’entre eux affirmant qu’ils ne veulent pas remplacer une dépendance par une autre, tandis qu’inversement, 12 % disent qu’ils ne sont pas dépendants du tabac et n’ont pas besoin d’aide pour arrêter.

Bien que seulement 9 % des fumeurs citent la sécurité comme principale raison pour laquelle ils n’essaient pas les e-cigarettes, 11 % disent qu’ils n’en savent pas assez à leur sujet et 9 % qu’ils ne croient pas que les e-cigarettes pourraient les aider à arrêter ou à réduire, ce qui démontre un manque de confiance envers ces produits (Figure 5).

Principale raison de ne pas essayer une e-cigarette chez les fumeurs

Les principales raisons pour lesquelles 43% des fumeurs qui avaient essayé mais n’utilisaient plus les e-cigarettes étaient :

• que le vapotage ne donnait pas la sensation de fumer une cigarette (23%) ;

• que le vapotage ne les a pas aidés à faire face aux envies de fumer (14 %) ; et

• qu’ils les avaient seulement essayées pour voir à quoi elles ressemblaient (12 %).

Cependant, d’autres enquêtes suggèrent que les perceptions des méfaits peuvent décourager certains fumeurs d’essayer ou de maintenir l’utilisation des cigarettes électroniques. 11 L’enquête ASH YouGov montre que 3 % d’entre eux déclarent s’être arrêtés pour des raisons de sécurité des produits (la même proportion qu’en 2018). Les préoccupations concernant l’utilisation trop fréquente des produits (4 %) peuvent également être liées à des malentendus au sujet des méfaits de la cigarette électronique. L’an dernier, 2 % ont arrêté parce qu’un professionnel de la santé ou un ami/membre de la famille leur avait conseillé de le faire ; cette année, la proportion était de 1 %.

OPINIONS DES UTILISATEURS D’E-CIGARETTES SUR CE QU’ILS FERAIENT SI LES ARÔMES N’ÉTAIENT PLUS DISPONIBLES

En mars 2019, la Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé un projet de politique de conformité proposant d’interdire la vente d’arômes d’e-liquides autres que le tabac, le menthol, la menthe, en raison des inquiétudes suscitées par l’adoption par les jeunes aux États-Unis. 12 En Grande-Bretagne, la consommation de cigarettes électroniques par les jeunes fait l’objet d’un suivi régulier. L’adoption est largement expérimentale, l’usage régulier se limitant en grande partie à ceux qui fument actuellement ou qui ont déjà fumé, avec 0,8 % des jeunes de 11 à 18 ans n’ayant jamais fumé utilisant des e-cigarettes plus d’une ou deux fois. 13

En 2019, pour la première fois, nous avons demandé aux utilisateurs actuels de cigarettes électroniques ce qu’ils feraient si les arômes n’étaient plus disponibles. Environ un sur quatre a dit qu’ils essaieraient encore d’obtenir des arômes et un peu moins d’un sur dix a dit qu’ils feraient leur propre e-liquide. L’option la plus populaire après avoir continué à essayer d’obtenir des arômes était d’utiliser des e-liquides/cartouches non aromatisés. Cependant, un peu moins d’un fumeur sur cinq a dit qu’il fumerait davantage ou qu’il recommencerait à fumer, et environ la même proportion a dit qu’il ne savait pas ce qu’il allait faire. Moins d’un sur dix a dit qu’ils arrêteraient de vapoter.

PERCEPTIONS DU RISQUE

PERCEPTIONS DE LA POPULATION ADULTE DES RISQUES

Entre 2013 et 2017, l’interprétation parmi la population adulte des risques causés par les e-cigarettes par rapport au tabagisme s’est détériorée. Bien que la proportion de ceux qui disent ne pas savoir à quel point les e-cigarettes sont nocives par rapport au tabagisme ait diminué de 39% à 29%, ce n’est pas à cause d’une augmentation de la compréhension précise des risques relatifs. La proportion de la population adulte pensant que les e-cigarettes sont plus ou moins aussi nocives que le tabagisme a presque quadruplé, passant de 7% en 2013 à 25% en 2017.

En 2018, pour la première fois depuis 2015, au moins la moitié de la population s’accorde à dire que les e-cigarettes sont moins ou beaucoup moins nocives que le tabac (50% en 2018 contre 43% en 2017). Toutefois, cette amélioration n’a pas été soutenue et, en 2019, seulement 45 % étaient d’accord pour dire que c’était le cas. La proportion de la population adulte affirmant ne pas savoir à quel point les e-cigarettes sont nocives par rapport au tabac reste élevée, soit plus du quart de la population (27%) en 2019 (Figure 6).

Perception du danger des e-cigarettes chez les adultes, Grande-Bretagne

PERCEPTIONS DES FUMEURS QUANT AUX RISQUES

On observe une tendance similaire chez les fumeurs (Figure 7), 48 % d’entre eux ayant déclaré que les cigarettes électroniques étaient moins ou beaucoup moins nocives, contre 53 % en 2018. La proportion de fumeurs qui pensent que les e-cigarettes sont plus ou moins nocives n’a pas beaucoup changé ces dernières années et est légèrement inférieure chez les fumeurs que dans l’ensemble de la population adulte (22% contre 26%). La proportion de fumeurs qui ne savent pas à quel point les e-cigarettes sont nocives par rapport au tabagisme reste élevée et est très similaire à celle de tous les adultes (26% contre 27% pour tous les adultes).

Perception des risques de la cigarette électronique par les fumeurs, Grande-Bretagne

Les fumeurs qui utilisent actuellement des e-cigarettes ont des perceptions plus précises de leurs méfaits, avec 71% pensant qu’elles sont moins ou beaucoup moins nocifs et seulement 9% pensant qu’elles sont plus ou moins nocives. (Figure 11) La proportion de fumeurs actuels qui n’ont jamais essayé les e-cigarettes en disant qu’ils ne savent pas à quel point les e-cigarettes sont nocives a augmenté de 8 points de pourcentage depuis l’an dernier (35% en 2019 contre 27% en 2018). Cela s’accompagne d’une baisse égale de la proportion des personnes qui affirment qu’elles sont moins ou beaucoup moins nocives (35 % en 2019, comparativement à 43 % en 2018). La proportion de ceux qui pensent qu’elles sont plus ou moins nocives n’a que peu changé depuis l’an dernier (27 % en 2019 contre 28 % en 2019).

Cependant, les perceptions les plus précises des méfaits se retrouvent chez les ex-fumeurs qui vapotent actuellement, 83 % pensant qu’elles sont moins ou beaucoup moins nocives que le tabac (81 % en 2018) et 5 % qu’elles sont plus ou aussi nocives (3 % en 2018). (Figure 8)

Perceptions des fumeurs et des ex-fumeurs quant aux dangers de la cigarette électronique par rapport à l'usage du vaporisateur personnel

PERCEPTIONS DES MÉFAITS DES THÉRAPIES DE REMPLACEMENT DE LA NICOTINE (TRN)

Au cours des quatre dernières années, nous avons également demandé aux gens ce qu’ils pensaient des méfaits relatifs de la TRN par rapport au tabagisme. La TRN est un médicament homologué avec des effets secondaires mineurs.

La compréhension du risque relatif de TRN par rapport au tabagisme, particulièrement chez les fumeurs, est faible et s’aggrave. (Figure 9) Plus du tiers (35 %) des fumeurs ont dit qu’ils ne savaient pas à quel point la TRN est nocive comparativement au tabagisme (comparativement à 32 % en 2018) et seulement 31 % ont correctement identifié la TRN comme beaucoup moins nocive que le tabac (en baisse par rapport à 33 % en 2018).

Perception des fumeurs sur la TRN par rapport aux cigarettes ordinaires, Grande-Bretagne

RÈGLEMENT SUR LES E-CIGARETTES

En 2015, l’âge minimum de vente des cigarettes électroniques a été fixé à 18 ans, ce qui rend illégale la vente de cigarettes électroniques contenant de la nicotine à des personnes de moins de 18 ans ou leur achat pour le compte de personnes de moins de 18 ans. 14 À partir du 20 mai 2016, un cadre réglementaire pour les e-cigarettes a été introduit au Royaume-Uni dans le cadre de la directive européenne sur les produits du tabac (DPT). 15 À partir de cette date, la publicité ou la promotion, directe ou indirecte, de cigarettes électroniques et de contenants de réapprovisionnement sur un certain nombre de plateformes médiatiques, notamment à la télévision, à la radio, dans les journaux et les magazines, était interdite. La seule publicité encore permise est au point de vente et d’autres publicités locales telles que les panneaux d’affichage.

Les nouvelles règles sur les produits en vertu de la DPT pour les cigarettes électroniques ont introduit un processus de notification pour les fabricants et les importateurs en mai 2016. 16 Les stocks non conformes ont été mis en vente pour une année supplémentaire jusqu’au 20 mai 2017. 17 Voir ci-dessous pour un résumé des principales normes de produits :

TENEUR EN NICOTINE DES E-LIQUIDES

• Les cigarettes électroniques qui contiennent jusqu’à 20 mg par ml de nicotine sont réglementées comme produits de consommation.

• Les produits contenant plus de 20 mg par ml de nicotine ne peuvent être vendus que s’ils sont titulaires d’une licence de mise sur le marché. 18

• Les produits sans nicotine ne sont pas inclus dans la DPT et ne nécessitent pas de licence de mise en marché.

QUANTITÉ D’E-LIQUIDE

• Les cigarettes, cartouches et réservoirs électroniques jetables peuvent contenir un maximum de 2ml d’e-liquide, tandis que les contenants de recharge dédiés peuvent contenir jusqu’à 10ml.

SÉCURITÉ

• Les produits doivent être à l’épreuve des enfants et inviolables.

AVERTISSEMENTS DE SANTÉ

• L’emballage doit porter une mise en garde relative à la santé couvrant 30 % de la surface de l’emballage unitaire et de tout emballage extérieur indiquant que le « produit contient de la nicotine » qui est « une substance très addictive ».

La Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) est l’autorité compétente pour le système de notification des e-cigarettes et des recharges au Royaume-Uni. 19 Les consommateurs et les professionnels de la santé peuvent signaler à la MHRA les effets secondaires et les problèmes de sécurité liés aux cigarettes électroniques ou aux contenants de recharge par l’entremise du système de déclaration Carton Jaune [ Yellow Card ]. 20 Ils peuvent également signaler les produits soupçonnés d’être défectueux ou non conformes à leur équipe locale des normes commerciales ou à tpdsafety@mhra.gov.uk

Depuis la mise en place du système du Carton Jaune le 20 mai 2016, la MHRA a reçu 62 rapports d’effets indésirables de médicaments (EIM). 21 Les déclarations comprennent généralement des réactions qui sont soit des effets secondaires connus de la thérapie de remplacement de la nicotine, soit des réactions prévues, compte tenu de la démographie des patients qui utilisent des cigarettes électroniques (fumeurs actuels ou anciens fumeurs).

Aucune preuve de nouveaux risques n’a été identifiée à la suite de la collecte des données du Carton Jaune jusqu’à présent. La MHRA évalue tous les rapports reçus en relation avec les e-cigarettes contenant de la nicotine et, si des problèmes de sécurité potentiels étaient identifiés, des mesures réglementaires seraient prises et communiquées le cas échéant. La MHRA reçoit également des rapports sur les problèmes de sécurité potentiels et collabore avec les équipes locales des normes commerciales pour faire enquête au besoin.

La réglementation sur les cigarettes électroniques doit être révisée dans les cinq ans suivant sa mise en œuvre. L’ASH a posé des questions aux utilisateurs d’e-cigarettes sur le type de produit qu’ils utilisent pour mieux comprendre l’impact de la réglementation actuelle et l’évolution du marché des e-cigarettes.

TYPES DE DISPOSITIFS ET DE LIQUIDES ÉLECTRONIQUES UTILISÉS

TYPE D’E-CIGARETTE UTILISÉ

La proportion d’utilisateurs d’e-cigarettes utilisant principalement des systèmes de réservoirs a augmenté d’une année sur l’autre jusqu’en 2018, mais est retombée en 2019 de 83% à 77%. Par contre, pour la première fois cette année, le nombre de ceux qui utilisent principalement des e-cigarettes rechargeables avec des cartouches préremplies remplaçables a augmenté, passant de 14% en 2018 à 18% en 2019 (Figure 10). Les types les plus populaires de produits rechargeables avec cartouches préremplies sont [ fournies par les cigarettiers ], tansis que 6% utilisent [ une marque ayant comme actionnaire un ancien de Big Tobacco ].

La majorité des utilisateurs d’e-cigarettes (73 %) ont déclaré qu’ils n’utilisaient qu’un seul appareil, et l’appareil supplémentaire le plus souvent utilisé était un système de réservoir, en particulier pour les vapoteurs actuels qui sont d’anciens fumeurs (23 % comparativement à seulement 16 % pour les utilisateurs doubles).

Type d'e-cigarette utilisée par les utilisateurs actuels d'e-cigarettes, Grande-Bretagne

CONSOMMATION DE NICOTINE

Certaines parties prenantes ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le plafonnement des niveaux de nicotine imposé par la directive sur les produits du tabac pourrait décourager l’usage chez les fumeurs présentant les niveaux les plus élevés d’accoutumance. 22 Par exemple, aux États-Unis, où il n’y a pas de plafond pour les niveaux de nicotine, le produit le plus populaire […] se vend en deux concentrations, 59 mg/ml et 35 mg/ml 23 , soit beaucoup plus que la limite légale dans l’UE. Au Royaume-Uni, seuls les produits […] à 20 mg/ml sont disponibles, le maximum légal. 24

En 2016, avant l’entrée en vigueur de la loi, plus des trois quarts des fumeurs actuels de cigarettes électroniques utilisaient des liquides contenant des concentrations de nicotine de 18 mg/ml ou moins (77 %), et près de la moitié (49 %), des liquides électroniques contenant 12 mg/ml ou moins. Une personne sur dix (10 %) a consommé plus de 18 mg/ml (20 mg/ml n’a été inclus comme point de rupture spécifique qu’à partir de 2017). En 2017, au moment de la fin de la période de vente, 6 % des vapoteurs actuels utilisaient des quantités supérieures à la limite fixée par la DPT, ce qui est tombé à 2 % en 2018 et 2 % en 2019 (Tableau 4).

L’enquête de l’ASH suggère que le plafond actuel de 20 mg/ml de nicotine n’est pas un problème pour la majorité des utilisateurs actuels qui utilisent des e-liquides contenant de la nicotine, car ils utilisent des concentrations bien inférieures à la limite légale. Toutefois, en 2019, 2 % des fumeurs de cigarettes électroniques ont déclaré qu’ils utilisaient des concentrations de nicotine supérieures à la limite légale, et un autre 2 % ont utilisé des concentrations de nicotine légèrement inférieures ou égales à la limite légale (10 % ne savaient pas quelle concentration ils utilisaient).

Force de la nicotine utilisée par les consommateurs actuels de cigarettes électroniques

En 2019, un peu moins de la moitié de tous les vapoteurs actuels (48 %) disent utiliser la même force d’e-liquide que lorsqu’ils ont commencé, tandis que 44 % ont diminué la force et seulement 7 % ont augmenté la force avec le temps, y compris 1 % qui n’avaient pas utilisé de nicotine auparavant (Figure 11). Les personnes qui ont cessé de fumer sont plus susceptibles que les double utilisateurs de déclarer une diminution de la concentration de nicotine au fil du temps (Figure 14). Toutefois, par rapport à l’an dernier, une plus grande proportion d’ex-fumeurs choisissent de continuer à prendre la même dose de nicotine (41 % en 2019 ; 36 % en 2018) et une plus petite proportion pour réduire la concentration de nicotine (52 % en 2019 ; 58 % en 2018).

Tendance de la teneur en nicotine chez tous les vapoteurs actuels, Grande-Bretagne

VOLUME D’E-LIQUIDE UTILISÉ DANS LES E-CIGARETTES ET LES FLACONS DE RECHARGE DÉDIÉES

La législation limite le volume d’e-liquide dans une e-cigarette à moins de 2ml et les flacons de recharge dédiées à 10ml.

En 2016, avant l’entrée en vigueur de la loi, 44 % de ceux qui vapotaient quotidiennement ont déclaré utiliser 2 ml ou moins par jour et aucun n’a déclaré utiliser plus de 10 ml de liquide par jour. En 2019, les proportions étaient de 36 % en utilisant 2 ml ou moins par jour et de 2 % plus de 10 ml par jour. Nous n’avons pas demandé pourquoi les vapoteurs ont augmenté la quantité de liquide qu’ils utilisent, mais les raisons les plus probables sont soit le plafonnement des concentrations de nicotine et/ou les changements dans les types de produits utilisés.

La limitation de la taille des flacons de recharge a entraîné un changement de pratique de vente, avec la vente de bouteilles plus grandes de liquide à concentration nulle à côté de fioles plus petites ayant la limite légale la plus élevée de liquide à concentration de nicotine, vendues pour être mélangées. Ceci est parfois commercialisé sous le nom de « shake and vape ». L’enquête ASH YouGov révèle que 19% des vapoteurs actuels qui utilisent des dispositifs à réservoir déclarent utiliser des produits « shake and vape », en légère hausse par rapport à 15% en 2018. La proportion de personnes ne connaissant pas l’existence de ces produits est passée de 37 % en 2018 à 28 % en 2019. L’usage est le plus fréquent chez les ex-fumeurs qui vapotent, mais il est encore faible, un sur cinq seulement déclarant qu’ils utilisent régulièrement ou occasionnellement des produits « shake and vape » (Figure 12).

Utilisation de produits "shake and vape", Grande Bretagne

UTILISATION DES ARÔMES

En 2015, nous avons commencé à demander aux utilisateurs d’e-cigarettes quelle saveur ils utilisaient le plus souvent (Figure 13 : la question n’a pas été posée en 2018). En 2015, le tabac était le plus populaire (38 %), suivi de l’arôme de fruits (25 %) et du menthol (19 %). Cela a changé au fil du temps, les arômes de fruits étant maintenant les plus populaires (31 %), suivis du tabac et du menthol (25 % et 21 %). Très peu d’utilisateurs utilisent des produits sans saveur. Les double utilisateurs sont les plus susceptibles de consommer du tabac (31 %) ou des arômes de fruits (30 %), suivis de 18 % qui disent être les plus susceptibles de consommer du menthol. Les ex-fumeurs qui vapotent actuellement sont également susceptibles de préférer le tabac ou le menthol après les fruits (33% de fruits, 24% de tabac, 24% de menthol).

Arômes utilisés par les vapoteurs actuels

En 2018, nous avons demandé aux vapoteurs de décrire leur utilisation des arômes et une plus forte proportion d’ex-fumeurs qui utilisent actuellement les mêmes arômes (68%) ont déclaré qu’ils s’en tenaient aux mêmes arômes que les utilisateurs doubles (55%).

LES ENQUÊTES DE ASH YOUGOV EN CONTEXTE

Cet exposé présente les résultats des enquêtes de l’ASH Smokefree GB sur l’utilisation des e-cigarettes chez les adultes en Grande-Bretagne. Tous les chiffres, sauf indication contraire, proviennent de YouGov Plc. L’ASH a inclus des questions sur l’utilisation des e-cigarettes dans cette enquête annuelle à partir de 2010 avec des questions adressées uniquement aux fumeurs. 25 L’ASH a mis à jour son enquête annuelle avec des questions sur les e-cigarettes adressées à tous les répondants à partir de 2012. 26 27 28 29 30 31 32 Ces enquêtes ont toutes été réalisées en ligne par YouGov. Tous les chiffres ont été pondérés et sont représentatifs des adultes en Grande-Bretagne (18 ans et plus).

En utilisant les chiffres de prévalence fournis par YouGov, l’ASH, en collaboration avec le Dr Leonie Brose du King’s College de Londres, crée une estimation annuelle du nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques selon le statut tabagique en Grande-Bretagne. L’ASH a également mené une enquête sur la consommation de cigarettes électroniques par les jeunes (11-18 ans) depuis 2013. L’analyse de l’usage de la cigarette électronique chez les jeunes est publiée séparément. 33

Depuis le début de l’enquête Smokefree GB commandée par l’ASH, un certain nombre d’autres enquêtes ont permis de recueillir des données sur l’utilisation des e-cigarettes. 34 L’étude Smoking Toolkit Study 35 est probablement la plus importante de ces études et suit l’usage du tabac et de la cigarette électronique tout au long de l’année en Angleterre. Les tendances sont semblables à celles de l’étude Smoking Toolkit Study, 36 mais l’enquête de l’ASH Smokefree GB estime constamment un chiffre légèrement inférieur pour la proportion des utilisateurs de cigarettes électroniques qui sont actuellement fumeurs. La différence résulte de l’évaluation du statut tabagique : il y a moins d’ex-fumeurs et plus de fumeurs actuels dans l’étude Smoking Toolkit Study que dans l’enquête ASH Smokefree GB. Dans les différentes catégories de statut tabagique, la prévalence de l’usage de la cigarette électronique est semblable d’une enquête à l’autre. Pour de plus amples renseignements, voir Smoking Toolkit Study.

L’Office for National Statistics (ONS) recueille des données sur l’utilisation des e-cigarettes depuis 2014, et les données les plus récentes publiées pour 2018. Les données sur la perception des méfaits ne sont disponibles que de 2014 à 2016, car la question n’est plus posée.

À partir de 2017, après le lancement [ d’un produit de tabac chauffé, de l’industrie du tabac ], l’enquête de l’ASH Smokefree GB a posé des questions sur la connaissance et l’utilisation des produits du tabac chauffés (également connus sous le nom de heat-not-burn). Cependant, le niveau de connaissance et d’utilisation de la population était faible au départ et n’a pas augmenté de façon significative, de sorte qu’aucune analyse détaillée ne peut être effectuée à ce jour. En 2019, 11 % du public avait entendu parler des produits du tabac chauffés et 1 % les avait déjà essayés. Cette constatation est conforme à la fois à l’étude de la Smoking Toolkit Study et à l’étude de l’ONS, qui constatent également des niveaux très faibles de connaissance et d’utilisation de ces produits.

Références

source : ASH

Des boutiques de vape dans les sites hospitaliers du NHS

The Telegraph - logo

Traduction d’un article du célèbre Telegraph.

The Telegraph - logo

Deux hôpitaux du NHS dans les Midlands ont ouvert des magasins de vape dans le cadre d’une tentative controversée de mettre fin au tabagisme.

Les magasins ont commencé à vendre des e-cigarettes aux patients et aux visiteurs, car l’institution introduit des amendes de 50 £ pour ceux qui ont été surpris à fumer.

Cela intervient au moment où le gouvernement élabore des plans ayant pour obcjetif à éliminer le tabagisme en Grande-Bretagne d’ici 2030.

Les propositions visent également à obliger l’industrie du tabac à financer des programmes pour aider les fumeurs à cesser de fumer, au lieu de les financer par le NHS.

Le Sandwell General Hospital de West Bromwich et le City Hospital de Birmingham ont tous deux ouvert des magasins de vape […].

icon-car.pngFullscreen-Logo
Sandwell General Hospital, West Bromwich

chargement de la carte - veuillez patienter...

Sandwell General Hospital, West Bromwich 52.527532, -1.988354

Ce changement s’inscrit dans le cadre d’une politique plus large visant à rendre les sites entièrement « sans tabac », les abris antitabac étant transformés en zones de vapotage.

L’interdiction de fumer est surveillée par des gardes de sécurité et des caméras de télévision en circuit fermé [CCTV], tandis que le vapotage à l’extérieur est permis, pourvu qu’il soit loin des portes.

Public Health England a déclaré que tous les établissements devraient interdire l’usage du tabac, mais un tiers d’entre eux n’ont pas encore fixé une date.

Le Dr David Carruthers, directeur médical de l’organisme, a dit : « Le conseil d’administration du l’Institution et nos dirigeants cliniques sont unis dans l’idée que le tabagisme tue. Compte tenu de cette simple vérité, nous ne pouvons plus soutenir le tabagisme sur nos sites, même dans les refuges ou les voitures. Toutes les alternatives sont disponibles et nous demandons aux visiteurs et aux patients de travailler avec nous pour faire appliquer ces changements. Arrêter de fumer vous permet d’économiser de l’argent et de préserver votre santé. Plus de tabagisme passif sur nos sites est une nécessité de santé publique. »

Le nombre d’adultes utilisant ces appareils a augmenté de 70 pour cent en seulement deux ans, tandis que le taux de tabagisme a atteint un creux record.

Les derniers chiffres montrent que près de 15 pour cent des adultes britanniques fument encore.

L’usage de la cigarette électronique est passé de 3,7 pour cent des adultes en 2014 à 6,3 pour cent en 2018, la plupart de ceux qui vapotent le font pour les aider à arrêter de fumer.

Public Health England a pesé de tout son poids en faveur du vapotage, qui, selon elle, est 95 pour cent moins nocif que le tabagisme.

L’an dernier, elle a exhorté les hôpitaux à commencer à vendre des e-cigarettes et à laisser les patients vapoter à l’intérieur – et même au lit.

Les responsables ont exhorté les hôpitaux à remplacer les abris pour fumeurs par des salons de vape, et ont déclaré que les patients devraient même être autorisés à vapoter dans leurs lits, s’ils avaient des chambres individuelles. […]

icon-car.pngFullscreen-Logo
City Hospital, Birmingham

chargement de la carte - veuillez patienter...

City Hospital, Birmingham 52.489357, -1.930842

John Dunne, directeur de la UK Vaping Industry Association, a déclaré : « Comme le gouvernement devrait annoncer un plan pour éradiquer complètement le tabagisme d’ici 2030, nous aurons besoin d’un plus grand nombre de personnes, d’organisations et d’institutions pour prendre des mesures progressives et audacieuses vers le vapotage, tout comme celles prises par les Institutions NHS Sandwell et West Birmingham.

« Des politiques prohibitives qui traitent le vapotage de la même manière que le tabagisme continuent simplement d’exposer les gens aux dangers du tabac et risquent de passer à côté du bénéfice massif pour la santé publique que représente la vape ».

source : The Telegraph

US : manque d’informations sur la vape

InsideSources aborde le sujet de la faible connaissance de la cigarette électronique aux États-Unis.

InsideSources

Traduction :

Les preuves indiquent que les consommateurs comprennent mal les produits à faible risque à base de nicotine

Une société qui fait la promotion de la réduction des méfaits du tabac doit valoriser « l’histoire complète » des produits à base de nicotine. Cela signifie que pour constater une diminution à l’échelle de la population des risques liés aux produits à base de nicotine, l’accès à l’information positive et négative sur les produits est essentiel pour créer une classe de consommateurs informés. Prenons l’exemple de la réglementation actuelle du marketing de la cigarette électronique aux États-Unis. Malgré l’ensemble des preuves selon lesquelles les e-cigarettes sont chimiquement plus sûres que les cigarettes combustibles, les règlements actuels de la FDA en matière de marketing empêchent la communication de telles informations au point de vente. En retour, comme c’est le cas pour d’autres produits du tabac à faible risque et à risque modifié, les jus et flacons électroniques doivent porter les étiquettes de mise en garde nécessaires.

L’une des principales raisons pour lesquelles de telles lois et réglementations existent est due à l’indignation culturelle. Si vous prenez l’hystérie récente autour de l' »épidémie » de la jeunesse, ici aux États-Unis, par exemple, vous verrez comment des sous-groupes de population concentrés peuvent provoquer une réponse gouvernementale asymétrique. Avant que Scott Gottlieb, commissaire sortant de la FDA, n’annonce son intention de mettre en œuvre une interdiction partielle de vente au détail des produits de vape à l’échelle nationale, l’industrie du vapotage faisait face à la réalité du fiasco de l’approbation pré-commercialisation. Après une certaine date, les nouveaux produits n’étaient plus autorisés sans l’approbation de la FDA, conformément à la Family Smoking Prevention and Tobacco Control Act, telle que modifiée. Toutefois, lorsque les résultats des principales enquêtes fédérales sur la toxicomanie chez les jeunes ont révélé une étincelle de consommation de cigarettes électroniques par rapport à toute autre drogue, la réaction a été extrêmement alarmiste. Les reportages des médias ont commencé à remettre en question la science derrière les avantages du vapotage, les parents ont commencé à faire campagne pour « guérir » leurs enfants de ces marques, et les groupes de défense de la lutte antitabac ont commencé à considérer la vape comme le prochain subterfuge de Big Tabacco.

En réalité, l’indignation était le résultat d’un calcul stratégique qui repose sur la peur pour réussir. Entre les manifestations de rage contre l’industrie de la vape et les efforts de plusieurs milliards de dollars des groupes de défense de la lutte antitabac, le gouvernement a accepté ces réponses comme des hypothèses exactes des maux de la société. Les organismes de réglementation de la FDA sont également fiers d’avoir reçu les appels à l’action destinés aux décideurs et aux élus, en tant que principal aliment pour leur prochaine série de mesures réglementaires contre les e-cigarettes et autres produits à faible risque à base de nicotine. Nous ne pouvons pas non plus rejeter l’argument selon lequel les données de l’enquête fédérale sur l’abus de substances surveillant les tendances de la consommation de drogues chez les mineurs sont erronées.

Sur la base d’une telle analyse, la question à se poser est la suivante : Et si les consommateurs connaissaient toute l’histoire des e-cigarettes et du vapotage ? L’indignation que j’ai surveillée au cours des six derniers mois est le résultat d’une incompréhension du fonctionnement institutionnel d’une industrie et d’une catégorie de produits perturbateurs. Public Health England a conclu que les e-cigarettes sont 95 % plus sûres que les combustibles et que ces produits ne sont pas commercialisés auprès des mineurs.

Quelle est la probabilité que l’Américain moyen connaisse cette information ? Les chances sont minces. Dans quelle mesure un Américain qui n’est pas informé de tels faits est-il susceptible de tomber dans l’indignation généralisée ? Les chances sont décuplées. Une enquête Rasmussen très citée de 2018 révèle que 50 pour cent des adultes américains croient que les e-cigarettes sont tout aussi nocives que les combustibles. Un autre 13 pour cent perçoivent les cigarettes électroniques comme étant plus nocives. Seulement 20 pour cent pensent que ces produits sont plus sûrs que les combustibles et 17 pour cent ne sont pas certains.

Dans l’état actuel des choses, il n’est pas surprenant que de telles perceptions au sujet des e-cigarettes soient si négativement faussées. Plusieurs études reconnaissent en outre qu’il existe un cas de confusion sur de telles impressions en raison d’une série de causes. Une étude déterminante de 2017 a révélé que l’aversion potentielle des décès liés au tabagisme diminuera si les e-cigarettes sont acceptées sous des paramètres optimistes. Si l’on ajoute les conclusions d’une étude antérieure sur l’efficacité de la Convention-Cadre Internationale pour la Lutte Antitabac et sur la façon dont elle gère les développements en matière de réduction des méfaits, les gouvernements qui acceptent des produits comme les cigarettes électroniques comme produits à faible risque verront des cas d’amélioration des résultats pour la santé publique et des populations informées.

Par conséquent, la mission d’améliorer la compréhension du consommateur commence par l’organisme de réglementation. Les règlements actuels de la FDA, comme on l’a souligné, laissent très peu de latitude à l’industrie de la vape pour communiquer les avantages et les inconvénients de l’utilisation correcte des e-cigarettes. Par exemple, les consommateurs devraient avoir le droit de savoir que les e-cigarettes sont plus sûres que les cigarettes tout en étant informés des risques d’initiation à la nicotine chez les non-fumeurs. Dans un tel scénario, le consommateur est au moins informé.

Bon nombre des résultats universitaires peuvent également s’appliquer à d’autres produits et solutions de rechange à faible risque, comme le snus. Une importante étude récente publiée plus tôt ce mois-ci a révélé que les fumeurs comprenaient souvent mal les conséquences de l’utilisation du snus comme source de nicotine plutôt que comme combustible. Les chercheurs ont constaté qu’en dépit d’une utilisation répandue dans certaines juridictions scandinaves, les consommateurs croyaient toujours que ce produit pasteurisé à base de tabac à chiquer présente des risques similaires au tabac traditionnel. Malgré les preuves scientifiques prouvant le contraire, les résultats de la désinformation étaient liés aux perceptions culturelles et aux réponses gouvernementales.

Pour en revenir au cas des cigarettes électroniques et des produits de vapotage aux États-Unis, la désinformation des consommateurs est évidente et répandue. Néanmoins, la vérité sur les e-cigarettes est simple. Par exemple, ces produits sont des alternatives au tabac. Plusieurs de ces produits contiennent de la nicotine et sont aromatisés avec des saveurs sucrées. Les fabricants de vape ne créent ni n’ont l’intention de commercialiser des produits à des mineurs. La vape est aussi une technologie. Il n’y a pas de feuilles de tabac ni de combustion. De plus, les produits de vapotage sont déjà scientifiquement plus sûrs en raison de l’absence de feuilles de tabac, de produits chimiques dangereux et de brûlures.

source : InsideSources

L’Inde veut réglementer le contenu d’Internet, notamment sur les e-cigarettes.

Quartz

Une fois n’est pas coutume, le Blog de LYC vous propose la traduction d’un article d’un site d’actualités indien, Qwartz.

Les plans de l’Inde visant à réglementer le contenu de l’Internet ont mis sa communauté de vapoteurs en désaccord avec son gouvernement.

Le ministère de l’électronique et des technologies de l’information du pays a proposé en décembre dernier des changements à la loi indienne sur les technologies de l’information (TI) qui obligeraient les plateformes Web comme Facebook, WhatsApp et Twitter à supprimer le contenu en ligne qui promeut des Systèmes électroniques de délivrance de nicotine (Electronic Nicotine Delivery Systems, ENDS). En tant que catégorie, l’ENDS inclut les e-cigarettes et autres méthodes de vapotage, et occupe actuellement une zone grise légale en Inde.

Quartz


Le projet de règlement, qui a été largement critiqué comme une tentative de surréglementer le discours sur Internet, vise à demander aux plateformes de supprimer un contenu s’il correspond à un élément d’une longue liste de critères, par exemple s’il nuit aux mineurs, viole la loi ou « menace la santé publique ou la sécurité ».

Les menaces à la sécurité publique prévues par le projet de règlement comprennent la « promotion des cigarettes ou de tout autre produit du tabac ou de la consommation de substances intoxicantes », y compris l’alcool, les ENDS et d’autres « produits qui permettent la distribution de nicotine ».

L’inclusion d’ENDS dans cette catégorie, disent les partisans du vapotage, est une erreur majeure dans la politique de santé publique, surtout dans un pays où plus d’un million de personnes meurent chaque année à cause du tabagisme.

« La directive est très vague « , a déclaré Samrat Chowdhery, directeur de l’Association of Vapers India (AVI), un groupe de défense des droits des consommateurs qui fait la promotion de la réduction des méfaits du tabac, à Quartz. « Il est dit « promotion » de l’ENDS. Cela pourrait aussi signifier (une interdiction sur le contenu) communiquer la différence de risque en disant aux gens que le vapotage est beaucoup plus sûr que le tabac. »

L’AVI a soumis des commentaires au gouvernement au sujet de la réglementation proposée, faisant valoir que l’implication que l’ENDS est aussi nocif que les cigarettes et l’alcool est un « cas grave de diffusion de fausses informations ». Aucun Indien ne devrait se voir refuser l’accès à l’information ou à la technologie qui peut lui sauver la vie, dit l’AVI.

L’Inde, qui compte plus de 100 millions de fumeurs, serait la cible des géants du vapotage mondial en tant que marché en plein essor pour les e-cigarettes. Le marché des produits à base de vapeur du pays était évalué à seulement 15,6 millions de dollars en 2017, mais il devrait croître de 60 % par année jusqu’en 2022, selon la firme d’études de marché Euromonitor International.

icon-car.pngFullscreen-Logo
Inde

chargement de la carte - veuillez patienter...

Inde 21.841000, 77.256000


Les cigarettes électroniques ont été interdites dans huit États indiens, mais ne sont pas illégales au niveau national. En août dernier, le ministère de la Santé a publié un avis exhortant les États à interdire la vente et l’importation de cigarettes électroniques, bien que la Haute Cour de Delhi ait jugé que cet avis ne lie pas les États.

La recherche confirme que le vapotage est plus sain que la plupart des formes de tabagisme, et certains scientifiques affirment que le vapotage est au moins 95 % plus sûr que le tabagisme. Une étude récente du New England Journal of Medicine a également révélé que les cigarettes électroniques peuvent même aider les fumeurs à cesser de fumer, avec un taux de réussite près de deux fois plus élevé que les substituts nicotiniques classiques comme les timbres ou la gomme à mâcher.

Mais le vapotage a ses revers. Une étude récente indique que les e-cigarettes pourraient encourager les adolescents à fumer des cigarettes traditionnelles (NDLR : les scientifiques sérieux s’opposent à cette hypothèse…). Les inquiétudes se sont répandues en Occident au sujet de la tendance croissante d’e-cigarette chez les jeunes – un engouement qui s’est également répandu dans les établissements indiens.

L’AVI convient qu’il est important de réglementer le vapotage chez les jeunes. Mais « la préoccupation selon laquelle les ENDS sont de plus en plus populaires auprès des adolescents peut être dissipée par des directives judicieuses telles que la vérification de l’âge et la communication responsable des risques », dit l’organisation, « au lieu de mettre en danger la vie de millions d’Indiens en leur refusant l’accès aux informations potentiellement salvatrices ».

L’Internet Freedom Foundation (IFF), une organisation de défense basée à New Delhi, est également en désaccord avec l’intervention des lignes directrices sur le vapotage. L’insertion de l’expression  » sécurité publique  » et la référence spécifique aux produits de vapotage est en contradiction avec l’état actuel de la loi « , dit le mémoire écrit de l’IFF au gouvernement, puisqu’il n’y a  » aucune interdiction légale des produits de vapotage par aucun organisme central jusqu’ici « .

Les grandes entreprises et organisations se sont également exprimées sur les lignes directrices intermédiaires, mais surtout en raison de préoccupations liées à la surveillance et au protectionnisme, et non à la santé publique. Wikipedia, Mozilla et Github, récemment acquis par Microsoft, ont récemment envoyé une lettre au gouvernement indien qui critique vivement les règles proposées, tout comme l’Asia Internet Coalition, un organisme industriel qui représente des géants technologiques comme Facebook, Amazon et Google.

source : Qwartz India

Une lettre de 72 spécialistes en science, politique et pratique de la nicotine adressée à l’Organisation Mondiale de la Santé

World Health Organization

72 spécialistes de la nicotine ont en début de mois adressé à l’OMS, et son Président Dr Adhanom Ghebreyesus, une lettre (initialement en anglais) pour exposer leurs craintes concernant le manque de considération de la réduction des risques,  via notamment la cigarette électronique, dans la Convention-Cadre pour la lutte Antitabac, CCLAT.

 

Organisation Mondiale de la Santé

 

Cher Dr Adhanom Ghebreyesus,

Innovation dans la lutte antitabac : développer la CCLAT pour inclure la réduction des méfaits du tabac

Nous vous écrivons pour exprimer notre espoir que l’OMS jouera un rôle de chef de file dans la promotion de politiques efficaces et à action rapide pour réglementer le tabac et la nicotine. Dans cette lettre, nous proposons que l’OMS et les parties prenantes concernées adoptent une approche plus positive à l’égard des nouvelles technologies et des innovations susceptibles de mener plus rapidement à terme l’épidémie de maladies causées par le tabagisme.

Dans le domaine de la lutte antitabac et de la santé publique, le monde a beaucoup changé depuis la signature de la Convention-Cadre pour la Lutte Antitabac en 2003. Il est impossible d’ignorer ou de nier l’essor des Systèmes Alternatifs d’Administration de Nicotine (ANDS : Alternative Nicotine Delivery Systems). Il s’agit de technologies établies et nouvelles qui délivrent la nicotine à l’utilisateur sans combustion de la feuille de tabac et sans inhalation de fumée de tabac. Ces technologies offrent la perspective de gains significatifs et rapides en matière de santé publique grâce à la « réduction des risques liés au tabac ». Les utilisateurs qui ne peuvent pas ou choisissent de ne pas cesser de consommer de la nicotine ont la possibilité de passer des produits à risque élevé (principalement les cigarettes) à des produits qui présentent, au-delà de tout doute raisonnable, un risque beaucoup plus faible que les produits du tabac (p. ex. les produits de nicotine pure, les produits du tabac sans combustion à faible toxicité et les produits du tabac vaporisés et chauffés). Nous pensons que cette stratégie pourrait apporter une contribution substantielle à l’Objectif de Développement Durable visant à réduire le nombre de décès prématurés dus à des maladies non transmissibles (Objectif 3.4 des SDG, Sustainable Development Goal).

Le concept de réduction des méfaits du tabac est codé dans la définition de la  » lutte antitabac  » énoncée dans la CCLAT (article 1.d), et nous croyons qu’il doit maintenant être pleinement exprimé dans la CCLAT et par les Parties dans leur approche à la mise en œuvre. A cette fin, nous vous proposons quelques principes directeurs à prendre en considération pour l’élaboration de la prochaine phase de la lutte mondiale contre le tabagisme, à partir de la prochaine Conférence des Parties (COP-8, 1-6 octobre, Genève).

– La réduction des méfaits du tabac fait partie intégrante de la lutte antitabac. La réduction des risques est une stratégie largement pratiquée dans le domaine de la santé publique (p. ex. VIH, consommation de drogues, santé sexuelle) et devrait faire partie intégrante de la lutte antitabac – aider les fumeurs à cesser de fumer ou les dissuader de commencer et, dans les deux cas, réduire considérablement leur risque.

– Du point de vue de la santé, la principale distinction entre les produits à base de nicotine est qu’ils sont combustibles ou non combustibles. Il ne s’agit pas de savoir s’il s’agit de produits du tabac ou non, s’ils sont établis ou nouveaux. Étant donné que la CCLAT est principalement axée sur la gestion des risques pour la santé, cette distinction devrait faire partie intégrante de la conception et de la mise en œuvre de la CCLAT.

– La réduction des méfaits du tabac est favorable et synergique avec les politiques  » MPOWER  » qui sous-tendent la CCLAT. En offrant aux usagers des options plus diversifiées pour réagir aux taxes ou à d’autres mesures, la réduction des méfaits peut améliorer l’efficacité des mesures conventionnelles et atténuer les conséquences néfastes non intentionnelles de ces politiques pour les usagers persistants, par exemple l’impact des taxes sur les cigarettes sur les personnes qui, autrement, continueraient à fumer.

– Les intervenants devraient accorder l’importance voulue aux avantages et aux possibilités de la réduction des méfaits du tabac. Ils ne devraient pas se concentrer exclusivement sur les risques inconnus pour la santé, surtout lorsqu’il s’agit de risques mineurs ou improbables. Une occasion manquée de gain en matière de santé publique représente un préjudice réel pour la santé publique et devrait être reconnue comme telle.

– L’adoption par les jeunes de tout produit du tabac ou de la nicotine exige une stratégie cohérente et adaptable axée sur la réduction des méfaits actuels et futurs pour les jeunes. Les politiques relatives à l’usage de la nicotine chez les jeunes devraient être fondées sur la compréhension des comportements à risque chez les jeunes, les interactions entre l’usage de différents produits (par exemple, pour certains jeunes fumeurs, le remplacement potentiel du tabac par des produits à faible risque peut être bénéfique), en tenant dûment compte de l’équilibre global des méfaits et des avantages pour les adultes et les jeunes découlant des interventions.

– L’incertitude quant aux effets à long terme ne devrait pas être une raison de paralysie. Il est vrai que nous ne disposerons pas d’informations complètes sur les impacts des nouveaux produits avant qu’ils n’aient été utilisés exclusivement pendant plusieurs décennies – et étant donné la complexité des modèles d’utilisation, il se peut que nous ne le fassions jamais. Mais nous avons déjà suffisamment de connaissances fondées sur les processus physiques et chimiques en cause, la toxicologie des émissions et les biomarqueurs d’exposition pour être certains que ces produits non combustibles seront beaucoup moins nocifs que le tabac. Nous savons aussi avec certitude que le produit existant (cigarette) est extrêmement nocif.

– La CCLAT et sa mise en œuvre devraient englober une  » réglementation proportionnée au risque « . Cela signifie que la rigueur de la réglementation ou de la taxation appliquée aux catégories de produits doit refléter les risques pour la santé. Par exemple, il devrait y avoir des taxes élevées sur les cigarettes, mais peu ou pas de taxes sur les produits du vaping. Il est raisonnable d’interdire toute publicité pour les produits combustibles, mais de contrôler la publicité pour les produits non combustibles (pour protéger les jeunes qui ne fument jamais, en particulier) et de permettre ainsi une promotion suffisante pour que les fumeurs puissent encore apprendre à connaître les alternatives et être encouragés à changer. Cette approche proportionnée aux risques devrait être adoptée dans l’ensemble de la CCLAT.

– L’OMS et les Parties à la CCLAT devraient être conscientes des conséquences néfastes non intentionnelles des interdictions ou de la réglementation excessive et veiller à les éviter. Si les politiques approuvées par l’OMS rendent les alternatives non combustibles au tabagisme moins facilement accessibles, moins appétissantes ou acceptables, plus chères, moins favorables aux consommateurs ou pharmacologiquement moins efficaces, ou inhibent l’innovation et le développement de produits nouveaux et améliorés, alors ces politiques peuvent causer des dommages en perpétuant le tabagisme.

– Les négociations de la CCLAT devraient être ouvertes à un plus grand nombre de parties prenantes. Il y a de nombreux intervenants, y compris les consommateurs, les médias et les experts en santé publique qui sont favorables à la réduction des méfaits, qui devraient participer au processus. Nous sommes préoccupés par le fait que la CCLAT a exclu des perspectives suffisamment diverses et que ses délibérations et ses décisions pourraient être plus solides et crédibles si ses travaux étaient plus ouverts. Nous craignons que l’OMS et le Secrétariat de la Convention n’adhèrent pas à ces principes et, dans de nombreux cas, font le contraire. Nous avons vu la lettre plus détaillée qui vous a été adressée le 3 septembre par Abrams et al. concernant l’interdiction et la réglementation excessive. Nous recommandons que cette lettre soit lue attentivement par tous ceux qui s’intéressent à l’avenir de la lutte antitabac.

Nous croyons qu’il est temps que la lutte contre le tabagisme englobe la réduction des méfaits du tabac. Nous espérons que l’OMS et les Parties à la CCLAT feront avancer ce programme à la huitième Conférence des Parties à la CCLAT, à compter d’aujourd’hui. Nous partagerons cette lettre avec les intervenants concernés.

Les auteurs de la présente lettre confirment qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts en ce qui concerne l’industrie du tabac et qu’il n’y a pas de questions concernant l’article 5.3 de la CCLAT.

Sincèrement vôtre,

 

source : Clive Bates

Grande-Bretagne et e-cig : le Royaume-Uni actif pour la santé publique

UK Parliament

Le 17 août dernier, la Grande-Bretagne a encore marqué des points sur le terrain de la santé publique via la cigarette électronique.

 

UK Parliament

 

Introduction (traduction)

Le Comité des Sciences et de la Technologie publie son Rapport, Cigarettes électroniques. Le Rapport passe en revue les données probantes actuelles sur la nocivité des cigarettes électroniques par rapport aux cigarettes conventionnelles et examine les politiques actuelles sur les cigarettes électroniques, y compris dans les unités de santé mentale du NHS et dans les prisons. Le Comité conclut que les cigarettes électroniques ne devraient pas être traitées de la même manière que les cigarettes classiques.

 

 

Résumé (traduction)

Les e-cigarettes offrent l’occasion d’accélérer considérablement la baisse des taux de tabagisme et de s’attaquer ainsi à l’une des principales causes de décès au Royaume-Uni aujourd’hui. Elles sont nettement moins nocives – de l’ordre de 95 % – que les cigarettes conventionnelles. Ils n’ont pas le goudron et le monoxyde de carbone des cigarettes conventionnelles, les composants les plus dangereux. Il s’est également avéré difficile de mesurer les risques liés à la vapeur de cigarette électronique  » passive  » parce qu’elle est négligeable et nettement inférieure à celle des cigarettes classiques.

Il existe néanmoins des incertitudes, surtout en ce qui concerne les effets à long terme sur la santé, car les produits n’ont pas encore une longue histoire d’utilisation. En fin de compte, cependant, tout jugement des risques doit tenir compte du risque de ne pas adopter les e-cigarettes, c’est-à-dire de continuer à fumer des cigarettes classiques, qui sont beaucoup plus nocives. Les fumeurs actuels devraient être encouragés à arrêter de fumer, mais si cela n’est pas possible, ils devraient passer aux e-cigarettes comme une alternative beaucoup moins nocive.

Pour aider à combler les lacunes qui subsistent dans les données probantes sur les risques relatifs des cigarettes électroniques et des produits sans combustion, le gouvernement devrait maintenir son  » examen annuel des données probantes  » prévu sur les cigarettes électroniques et l’étendre aux produits sans combustion, un produit introduit plus récemment qui chauffe plutôt que qui brûle du tabac, et appuyer un programme de recherche à long terme qui sera supervisé par Public Health England et le Committee on Toxicity of Chemicals in Food, Consumer Products and the Environment. Le gouvernement devrait rendre compte chaque année de l’état de la recherche dans son Plan de lutte contre le tabagisme et établir un carrefour en ligne pour rendre les données détaillées facilement accessibles au public et aux professionnels de la santé.

On estime que 2,9 millions de personnes au Royaume-Uni utilisent des e-cigarettes pour arrêter de fumer, et des dizaines de milliers d’entre elles les utilisent pour réussir à arrêter de fumer chaque année. Les craintes concernant le risque que les e-cigarettes puissent servir de  » porte d’entrée  » au tabagisme conventionnel ou que la variété et le type de saveurs puissent attirer un grand nombre de jeunes non-fumeurs ne se sont pas matérialisées.

Une e-cigarette médicalement autorisée pourrait aider les efforts de sevrage tabagique en facilitant la discussion entre les professionnels de la santé et en les recommandant aux patients comme traitement pour arrêter de fumer. Le gouvernement devrait examiner avec l’industrie de la cigarette électronique comment ses systèmes d’approbation des thérapies pour arrêter de fumer pourraient être rationalisés afin de pouvoir réagir de façon appropriée si les fabricants de cigarettes électroniques proposaient un produit à homologuer.

Les personnes ayant des problèmes de santé mentale fument beaucoup plus que le reste de la population, et pourraient donc profiter grandement de l’utilisation des cigarettes électroniques pour arrêter de fumer. En encourageant les patients des unités de santé mentale qui fument à passer à la cigarette électronique comme moyen de sortir de leur dépendance à la cigarette, ils pourraient continuer à participer à des séances de traitement dans les établissements, sans interruption des pauses cigarettes. Certaines unités de santé mentale du NHS permettent l’utilisation sans restriction des e-cigarettes, mais il est inacceptable qu’un tiers des 50 fondations du NHS anglais qui ont répondu au sondage du Comité les interdise. Les trois quarts des fondations du NHS s’inquiétaient à tort de la vapeur de cigarette électronique  » passive « , malgré le risque négligeable pour la santé. NHS England devrait établir une politique d’établissements de santé mentale autorisant l’utilisation de cigarettes électroniques par les patients, à moins que les fondations ne puissent démontrer les raisons fondées sur des preuves pour ne pas le faire.

Beaucoup d’entreprises, de fournisseurs de transport public et d’autres lieux publics n’autorisent pas les e-cigarettes de la même manière qu’ils interdisent le tabagisme conventionnel. Mais il n’y a aucune raison de santé publique (ni même de sécurité incendie) de traiter l’utilisation des deux produits de la même façon. Il est maintenant nécessaire d’élargir le débat sur la façon dont les e-cigarettes doivent être traitées dans nos lieux publics, afin de parvenir à une solution qui, au moins, part des faits plutôt que des idées fausses sur leurs effets sur la santé.

Certains aspects du système de réglementation des cigarettes électroniques semblent freiner leur utilisation comme mesure de sevrage tabagique. La limite de la force des recharges fait que certains utilisateurs doivent souffler plus fort pour obtenir la nicotine qu’ils recherchent et peut dissuader certains gros fumeurs de continuer à fumer avec eux. La limitation de la taille des réservoirs ne semble pas fondée sur des preuves scientifiques et doit donc être réexaminée d’urgence. L’interdiction de faire des allégations sur les avantages relatifs pour la santé du passage aux e-cigarettes signifie que certaines personnes qui pourraient changer de cigarette ne reçoivent pas ce message. L’interdiction de la publicité pour les produits du tabac a empêché les fabricants d’insérer des informations dans les « notices d’emballage ». Le gouvernement devrait examiner ces obstacles réglementaires afin de déterminer les possibilités de changement après l’arrêt Brexit, y compris une évaluation fondée sur des données probantes des arguments en faveur de l’abandon de l’interdiction du tabac  » snus  » à usage oral.

Il devrait y avoir un virage vers un environnement réglementaire plus proportionné aux risques, où les règlements, les règles en matière de publicité et les droits fiscaux reflètent les méfaits relatifs des divers produits du tabac et des cigarettes électroniques disponibles. Bien qu’une approche fondée sur des données probantes soit importante en soi, elle aiderait aussi à faire connaître les comportements que nous voulons en tant que société – moins de tabagisme et une utilisation et une acceptation accrues des cigarettes électroniques et des nouveaux produits du tabac si cela permet de réduire les taux de tabagisme.