18000 Anglais sortis du tabagisme via la e-cig


Encore une fois, et cela finit par devenir une habitude, les Anglais montrent l’exemple.

 

University College London

Vaporisateur personnel, outil de sevrage tabagique

Ainsi, l’University College London a analysé les données de la Smoking Toolkit study, regroupant les dernières informations sur le tabagisme en Angleterre. Parue dans le British Medical Journal (BMJ), la conclusion d’une de ses équipes de chercheurs dirigée par Emma Beard est que, en 2015, l’usage de la cigarette électronique aurait permis à 18000 fumeurs de se libérer du fléau du tabagisme. Pour ce Docteur, « l’impact positif de la cigarette électronique est d’autant plus probable que, dans le même temps, le financement des programmes publics pour aider les fumeurs a été revu à la baisse en Angleterre ».

 

Potentiel sous-exploité de la cigarette électronique

Sachant que près de 20 % de la population fume en Grande-Bretagne, les services publics ont mis en place des aides à l’arrêt, incluant conseils et prescriptions, mais le vaporisateur personnel (utilisé par quelque 2,8 millions de personnes) n’en fait pas partie. L’UCL propose donc de tirer profit du potentiel de la e-cig dans ce contexte : une personne de 40 ans qui cesse le tabagisme peut espérer vivre neuf ans de plus qu’un fumeur qui a toujours fumé.

Comparé à la population britannique, le chiffre de 18000 personnes peut paraître « relativement faible », cependant il s’avère médicalement « significatif compte tenu des énormes bénéfices pour la santé de l’arrêt du tabac », selon les auteurs dans l’étude (non clinique toutefois). Il s’agit d’une preuve « convaincante » que « vapoter » peut aider les fumeurs contre le tabagisme.

 

E-cigarette, contributeur majeur au recul du tabac

2015 a vu un développement de l’usage de la cigarette électronique associée à une baisse accrue du nombre de fumeurs. Cette baisse d’un point en 2015 par rapport à 2014 du pourcentage de fumeurs adultes « indique que quelque chose dans la politique de lutte contre le tabagisme au Royaume-Uni fonctionne », précise John Britton, directeur du Centre britannique des études sur le tabac et l’alcool dans le BMJ : ce dernier estime d’ailleurs que l’e-cigarette est « probablement un contributeur majeur » à ce succès.

BMJ

 

Les tentatives pour arrêter la cigarette ont davantage été couronnées de succès au moment où les cigarettes électroniques sont devenues populaires », selon la spécialiste des questions de dépendance au tabac Ann McNeill au King’s College de Londres, ajoutant également : « A mon avis, les fumeurs qui luttent pour cesser de fumer devraient essayer toutes les méthodes possibles, y compris les e-cigarettes ».

King's College London

 

Absence d’effets secondaires indésirables graves avec la e-cig

Simultanément à ces conclusion, un rapport de la Cochrane Library a aussi conclut que la cigarette électronique peut aider les fumeurs à se débarrasser du tabac « en l’espace de six à douze mois ».  La Cochrane Library a également précisé, dans une mise à jour de ses conclusions de 2014 portant sur 600 participants vapoteurs pendant deux ans, que l’emploi du vaporisateur n’est pas associé à des effets secondaires indésirables graves.4

Cochrane Library

 

Chiffres encourageants pour la cigarette électronique en Europe

Pour conclure, d’après le dernier Eurobaromètre (revue Addiction), 6 millions d’Européens ont déjà délaissé la tabac au profit de l’e-cigarette.

Addiction

 

 

sources : Europe 1, Ouest France, Pourquoi Docteur

Merci beaucoup pour votre vote. N'hésitez pas à partager ce que vous pensez - .
Quel est votre sentiment vis-à-vis de cette actualité ?
  • Enthousiaste
  • Captivé(e)
  • Amusé(e)
  • Ennuyé(e)
  • Triste
  • En colère

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.